Nach au Trianon transatlantique : gagnez vos places

par | 31 mars 2015 | Concert

 

photo Margaux Shore

photo Margaux Shore

Nach n’a pas attendu la sortie de son album pour partir en tournée. Un premier disque éponyme à l’univers raffiné et féminin avec des textes quelque peu romantiques portés par des musiques éthérées. Nach chante vendredi 3 avril au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen dans le Café de la marine. Gagnez vos places en appelant au 06 16 08 60 28.

 

Votre album sort le 6 avril. Comment vous sentez-vous ?

Je suis très, très contente. Il y a quelque temps que l’album est terminé. Depuis, je trépigne. C’est une vraie libération quand un album sort. J’ai travaillé beaucoup et longtemps pour qu’il existe. Il ne demande plus qu’à être entendu.

 

Vous l’avez déjà fait entendre puisque vous êtes déjà en tournée.

Cela fait en effet un mois que je suis en tournée. J’adore cette manière de faire découvrir un univers. Il n’y a rien de mieux que le live pour présenter un album. La musique est un art vivant. C’est génial d’écouter de la musique sur un disque mais ça l’est d’autant plus quand on la joue devant un public. Ce disque, je voulais de toute façon qu’il soit sur scène.

 

Comment le théâtre et la danse ont nourri ce travail de la scène ?

Petite, je suis tombée sur les comédies musicales, notamment celles avec Fred Astaire. J’étais folle de ces films. J’adorais la musique, les claquettes et le jeu. J’ai donc commencé à faire des claquettes. Le théâtre, la musique, l’expression corporelle… tout cela fait partie de moi et a une vraie importance. La scène révèle les personnalités.

 

Est-ce que la littérature a été importante dans ce parcours ?

Non, plutôt la poésie. J’adore les romans, les nouvelles. Mais la poésie est un format qui me touche particulièrement. Je lis de la poésie russe, française, les grands classiques. Certaines chansons, comme A Toi Mon Etranger ou Je Le Veux, sont écrites comme des poésies.

 

Est-ce que vous pourriez vous passer de musique ?

Non, pas pour l’instant. Peut-être que je le ferai un jour. J’aimerais bien écrire un recueil de poésie ou un roman. J’aimerais bien aussi réaliser un film. La musique reste importante pour moi. C’est mon moyen d’expression aujourd’hui.

 

C’est un moyen de vous affirmer comme vous l’abordez dans Je Suis Moi.

Oui mais c’est surtout le moyen de revendiquer le fait que l’on n’est pas parfait. Dans ce monde, il y a beaucoup trop de jugements. Quand on propose un projet, quand on ose faire quelque chose, on s’expose, on prend le risque de recevoir des commentaires positifs et négatifs. De plus, j’appartiens à une famille publique. C’est encore plus dangereux pour moi. J’assume.

 

 

 

 

Est-ce que écrire, composer et chanter vous procurent le même plaisir ?

Oui, complètement. Je commence par composer. Quand je suis en pleine recherche, cela m’emmène là, puis là… Quand je trouve une suite de mélodies, je suis contente. Après, je passe au texte. Là, il faut trouver un bon. C’est aussi un travail de recherche. Après, on sorte de sa chambre ou de son studio pour présenter son travail. C’est passionnant.

 

Vous avez l’Ame mélodique.

Oui, je me suis rendue compte de cette sensation-là. Nous sommes tous des instruments de musique. En fait, tout est rythmique.

 

Vous êtes en tournée pour promouvoir votre album et aussi avec votre famille. Comment gérez-vous votre temps ?

C’est très intense. Il y a en effet la tournée de l’album et celle avec mon père et mes deux frères. En même temps, je réalise plus de rêve. Tout cela est très positif. J’ai une énergie qui me dépasse.

 

  • Vendredi 3 avril à 20h30 au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen. Tarifs : de 16 à 8 €. Réservation au 02 35 73 95 15 ou sur www.trianontransatlantique.com
  • Première partie : Daan

 

À lire également

tristique eleifend Sed leo Aliquam vulputate, dapibus libero pulvinar sem,