Pom’ Pom’ Pom’ Poooom, le festival sans frontières

par | 7 septembre 2021 | Concert

C’est la troisième édition de Pom’ Pom’ Pom’ Poooom. Le festival musical imaginé par Hélios Azoulay se tient du 10 au 12 septembre à Saint-Martin-de-Boscherville. L’artiste rouennais propose cinq concerts avec de fortes personnalités et cinq couleurs différentes.

« Plus on connaît les choses, moins on peut instaurer des frontières. Je crois en la curiosité. On dit que c’est un vilain défaut. Oui mais c’est le vilain défaut le plus qualitatif et beaucoup plus partagé que ce que l’on imagine ». Hélios Azoulay est un homme curieux, un artiste inventif et généreux. Son festival, Pom’ Pom’ Pom’ Poooom, qui se tient du 10 au 12 septembre à Saint-Martin-de-Boscherville est à l’image de ce musicien, compositeur, poète, écrivain et fondateur de l’Ensemble de musique incidentale.

Ce Pom’ Pom’ Pom’ Poooom qui rappelle les quatre premières notes, si connues, de la Symphonie n°5 de Beethoven n’est pas seulement un festival de pièces classiques. Hélios Azoulay y ajoute du jazz, du tango, du flamenco, des airs baroques et de la musique klezmer. C’est un festival sans frontières — comme il les aime – avec des artistes qui sont prêts à toutes les aventures musicales – comme il les aime aussi. « Je n’achète pas de concert clé en main. Quand on vient, on ne sait pas ce qu’il va se passer ».

« Nous portons tous l’exil »

Premier rendez-vous : Hélios Azoulay retrouve Laurent Epstein. « C’est le pianiste le plus imprévisible et le plus burlesque que je connaisse ». À chaque concert, ces deux musiciens qui ont partagé la scène de nombreuses fois cherchent toujours à « se surprendre », même à « se déstabiliser. On joue à se faire peur ». Ils vont traverser des pages musicales de George Gershwin, Kurt Weill et Serge Gainsbourg, trois compositeurs que le clarinettiste place entre « la tentation du savant et la tentation du populaire ».

L’Ensemble de musique incidentale ouvre des pages de musique classique lors de ce concert au titre évocateur, La Musique ne recule pas. « Elle permet un rapport émotionnel le plus immédiat. Elle a une influence sur l’âme. C’est un flot », remarque le musicien. Le quatuor à cordes, il interprète des œuvres de Joseph Haydn, de Philip Glass, d’Arvo Part et d’Hélios Azoulay. Changement d’univers avec Luis Dávilla Oria, artiste espagnol, guitariste virtuose qui jouera des airs de flamenco. Après Sébastien Innocenti, en 2020, Hélios Azoulay invite son frère. Olivier Innocenti a conçu un bandonéon unique, un véritable orchestre à lui tout seul, pour reprendre les tangos d’Astor Piazzolla et des partitions de François Couperin.

Pour terminer ce Pom’ Pom’ Pom’ Poooom, ce sera Un Nuage de liqueur d’exil. « C’est ce que nous avons au fond de nous. Nous portons tous l’exil ». Hélios Azoulay avec l’Ensemble de musique incidentale et la chanteuse Marielle Rubens s’emparent du répertoire klezmer, « la musique la plus joyeusement terrible et la plus drôlement triste ».

Le programme

  • Vendredi 10 septembre à 20 heures à la salle des fêtes : jazz avec Laurent Epstein, piano, et Hélios Azoulay, clarinette
  • Samedi 11 septembre à 16 heures dans les jardins de l’abbaye : musique classique avec l’Ensemble de musique incidentale
  • Samedi 11 septembre à 20 heures à la salle des fêtes : flamenco avec Luis Dávilla Oria, guitare
  • Dimanche 12 septembre à 11 heures à la salle des fêtes : tango et musique baroque avec Olivier Innocenti, bandonéon
  • Dimanche 12 septembre à 17 heures au poney club du Genetey : musique klezmer avec Hélios Azoulay et l’Ensemble de musique incidentale

Infos pratiques

  • Concerts à Saint-Martin-de-Boscherville
  • Tarifs : 15 €, 50 € les 4 concerts
  • Réservation au 06 23 82 82 89 ou sur www.comitedesfetessmb.com

À lire également