COVID 19 : Pas de concerts. Pas de spectacles. Pas d’expositions… nous avons une belle pensée et apportons tout notre soutien à tous les acteurs et actrices du monde culturel, particulièrement affectés par cette mesure. Prenez soin de vous. Restez chez vous et toujours aussi curieux !

Rencontre à Rouen et au Havre : dédicace d’Ellen Urbani

par | 9 mai 2016 | Un Livre

Ellen Urbani est à l’Armitière à Rouen mardi 10 mai et à la Galerne au Havre le lendemain pour la présentation de son livre Landfall (Gallmeister).

 

Ellen Urbany« Elle posa la feuille sur ses genoux et regarda le policier du coin de l’œil.

– Je sais ce que vous pensez, dit-il. Je sais ce que vous êtes en train de faire. Vous croyiez vraiment que je n’avais pas vu votre nom sur la Page Blanche ? G. & R. Aikens, au verso ? Très mystérieusement, le nom de Rose est retrouvé sur le corps de Rosy – 18 ans – fauchée par la voiture de la mère de Rose qui trouvera elle aussi la mort dans l’accident ».

 

Une tragique coïncidence que Rose ne croit pas fortuite. Pas plus que le fait que les deux filles aient le même prénom. Dans Landfall, Ellen Urbani emmène alors le lecteur dans l’évocation de ces deux familles, de ces deux couples mère-fille. Deux vies parallèles étrangement liées.

 

Une histoire qui s’ancre dans les événements du chaos de l’ouragan Katrina en Louisiane en août 2005. « Au cœur de l’été, dans ce cloaque condamné du Sud, même les briques exsudaient un trop-plein de fluides, résultat de l’humidité née de l’orage et des corps qui fermentaient depuis plus de quatre jours. Bon Dieu, ça puait. Une puanteur telle que Rosy en avait la nausée. Il fallait qu’elle se force à ne pas y penser, qu’elle s’empêche de remarquer la puanteur, qu’elle mette ses sens en veilleuse. »

 

La misère, Rosy la connaissait déjà dans cette banlieue pauvre de la Nouvelle-Orléans. Elle connaissait aussi le drame d’une mère en proie à des coups de folie, à surveiller comme le lait sur le feu. Ce sont des portraits de femmes qu’Ellen Urbani livre au lecteur, des destins sous le signe de la catastrophe qui vont dévoiler des blessures intimes. Mais pas que pour le pire… Un écheveau que l’on dénoue lentement mais qui aurait pu être un peu plus court. « En revenant sur les pas de Rosy, c’est sur sa vie qu’elle revenait. »

 

H.D.

 

  • Mardi 10 mai à 18 heures à l’Armitière à Rouen, mercredi 11 mai à 18 heures à la Galerne au Havre. Entrée libre.

À lire également

felis quis, id ut Curabitur leo eget vulputate, dolor. mattis ut Aenean