Ce que le jour doit à la nuit, c’est le titre du roman de Yasmina Khadra, directeur du centre culturel algérien à Paris. C’est aussi le titre de la pièce chorégraphique de Hervé Koubi, interprétée mardi 10 décembre à La Foudre à Petit-Quevilly.

 

photo Nelson Romero Valavero

photo Nelson Romero Valavero

Ce que le jour doit à la nuit reste pour Hervé Koubi, chorégraphe, « une histoire de chemin ». Un chemin entre La France, où il est né, et l’Algérie, où sont nés ses parents. « J’ai appris très tard mes origines. Ce fut un choc sincère, quelque chose que je ne soupçonnais pas. La blessure, ce sont mes parents qui la portent. Cependant, il y avait une part manquante en moi vers laquelle je suis allé ».

Hervé Koubi s’est rendu en Algérie, a rencontré des danseurs de hip-hop. « Personne ne m’a invité là-bas. J’avais informé des auditions sur les réseaux sociaux. C’était comme si je jetais une bouteille à la mer ». Avec onze Algériens et un Burkinabé, il crée en 2010 El Din, puis, cette année, Ce que le jour doit à la nuit. « C’est comme une quête d’identité. C’est intéressant de le faire avec eux parce qu’ils ont une démarche inverse. Leur histoire est symétriquement opposée à la mienne ».

 

 

 

 

 

Passionné de dessins, le chorégraphe a tracé ce trait reliant les deux rives de la Méditerranée, les deux histoires pour renouer des liens. « J’ai donné forme à ce que j’avais fantasmé de l’Algérie. J’ai en effet fantasmé une forme d’Orient. Même si l’Algérie n’est pas l’Orient, elle reste une terre d’orientalisme. Cela reste une source d’inspiration, de rêve pour l’Occident. Il faut se rappeler que le mariage entre l’Orient et l’Occident date d’Alexandre le Grand. Cela a évidemment construit nos civilisations. A plusieurs reprises, il y a eu des allers et retours entre l’Orient et l’Occident ».

La pièce de Hervé Koubi évoque non seulement le temps, la mémoire, des thèmes que l’on retrouve dans ses précédentes créations, mais aussi cette histoire inscrite dans les corps.

 

  •  Mardi 10 décembre à 20 heures au théâtre de La Foudre à Petit-Quevilly. Tarifs : 13 €, 9 €. Réservation au 02 35 03 29 78 ou sur www.scenationale.fr

 

  • Les interprètes : Hamza Benamar, Lazhar Berrouag, Nasserdine Djarrad, Faycal Hamlat, Nassim Hendi, Amine Maamar Kouadri, Riad Mendjel, Issa Sanou, Ismail Seddiki, Reda Tighremt, Mustapha Zahem, Adel Zouba