Le collectif Eskandar crée un théâtre de l’urgence. Après La Bataille d’Eskandar, Bonus Tracks, voilà Visions d’Eskandar, la troisième partie d’un triptyque sur le rêve d’un monde meilleur après une catastrophe. Un spectacle à l’affiche de la scène nationale de Dieppe mardi 19 novembre et au CDN de Normandie Rouen les 29 et 30 novembre.

« Il y a une ville qui m’a beaucoup inspiré. C’est Santiago. Nous y avons fait un grand voyage en 2014 et vu une grande précarité, beaucoup de violence. L’état d’urgence était instauré. Pourquoi une société se réfugie dans la peur ? Comment une société peut s’amuser à désirer la catastrophe et avoir un appétit pour que tout soit détruit afin que tout recommence ». Samuel Gallet emmène de la réalité à fiction, dans une ville imaginaire, Eskandar.

L’histoire : Une femme se retrouve prisonnière de gros problèmes financiers. Pour échapper aux huissiers, cette mère d’un garçon de 8 ans et demi espère un important tremblement de terre qui pourrait tout détruire. Son souhait est si fort que le séisme survient. La suite est à découvrir dans Visions d’Eskandar, un spectacle interprété le 19 novembre à DSN à Dieppe et les 29 et 30 novembre au CDN de Normandie Rouen.

Une vision optimiste

Les années ont passé. L’enfant, Mickel, est devenu un adulte, un architecte. « Face aux catastrophes climatiques, il essaie de trouver des issues, une alternative. Dans ce monde malveillant, il est assailli par des angoisses et tente de les dompter en faisant du sport. Un jour, à la piscine, il se noie. Or personne ne fait attention, Mickel est sorti de l’eau de justesse. Il est comme un mort vivant. Il a alors des visions, s’invente une ville parallèle ».

Eskandar est cet espace en construction, un refuge rêvé. Au départ de Visions d’Eskandar, il y a un tableau sombre qui ne cesse de s’éclaircir grâce à l’imagination de personnes en lutte permanente. Dans ces visions, Mickel échange avec la caissière de la piscine. « Ce sont deux classes sociales qui se rencontrent. L’un connaît la réussite alors que l’autre éprouve le sentiment de patiner ».

Visions d’Eskandar est une fable politique, écologique et sociale qui se déroule dans une ville semblable à la société occidentale, empreinte de doutes, de peurs, de désespoirs, de violence. « Le théâtre nous permet de ne pas se laisser écraser par des images mortifères ». Les Visions d’Eskandar sont optimistes et portées par cinq comédiens et musiciens. Tous racontent cette épopée concertante.

Infos pratiques

  • Mardi 19 novembre à 20 heures à la scène nationale de Dieppe. Tarifs : de 23 à 10 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr
  • Vendredi 29 novembre à 20 heures et samedi 30 novembre à 18 heures au théâtre des Deux-Rives à Rouen. Tarifs : 15 €, 10 €. Pour les étudiants : carte culture Réservation au 02 35 70 22 82 ou sur www.cdn-normandierouen.fr