Avec la nouvelle saison du CDN de Normandie-Rouen, on voyage, on traverse diverses esthétiques artistiques, on croise des personnages rebelles, on se nourrit de parcours riches, on est confronté aux enjeux contemporains. A découvrir.

 

"Paris", une pièce mise en scène par David Bobée photo Arnaud Bertereau

« Paris », une pièce mise en scène par David Bobée
photo Arnaud Bertereau

Sur la nouvelle affiche : un personnage qui déploie ses ailes pour prendre son envol. Une saison, c’est toujours une aventure artistique collective, une succession de découvertes pour être surpris, ému, amusé, bousculé, caressé, bercé, émerveillé… On va traverser divers sentiments lors de cette troisième saison du centre dramatique national de Normandie Rouen. Et on a hâte.

 

« Déjà La saison 3 ! », comme le rappelle la plaquette. « Je n’ai pas eu le temps de sortir la tête de l’eau », confie David Bobée. Pour le directeur du CDN qui termine son premier mandat, les créations se sont enchaînées. Warm, toujours enflammé, Fées, toujours incisif, My Brazza, émouvant, Dios Proveerá et Paris, très politiques, Lucrèce Borgia, inoubliable… En tout 747 représentations et plus de 200 000 spectateurs lors des tournées.

 

Dans cette troisième saison, pas de thématique mais « des choix et des envies plus affirmés qui entrent dans un projet, un équilibre, une esthétique commune. J’invite des artistes préoccupés par des enjeux sociétaux du XXIe siècle avec des propositions qui sont dans une compréhension sensible de l’air du temps, marqués par l’époque que l’on vit ».

 

Dans cette programmation, il est question d’identité, de résistance, d’interrogation d’un passé plus ou moins lointain que soulèvent des personnages, souvent rebelles, d’auteurs anciens et contemporains. A noter Samedi détente de Dorothée Munyaneza, Finir en beauté de Mohamed El Khatib, Oussama, ce héros de La Cohue, Loveless du Chat foin, Hearing d’Amir Reza Koohestani, le cirque Romanès, Dom Juan de Myriam Muller, L’Île des esclaves de la compagnie Akté, Après Coups de La Sérénade interrompue…

 

Robyn Orlin photo Olivier Pascaud

Robyn Orlin
photo Olivier Pascaud

David Bobée s’est attaché à composer une saison paritaire avec autant de créateurs et de créatrices. Parmi elles, il y a Robyn Orlin, magnifique chorégraphe sud-africaine qui a toujours porté un regard aigu sur le monde et sur la danse. La parité, c’était « un objectif », pour le directeur du CDN. « J’ai compté sur mon féminisme pour être paritaire ».

 

Avec cette saison, on fait également un véritable tour du monde qui part de la France pour aller vers le Japon, l’Iran, le Canada, la Colombie, l’Afrique du Sud, le Burkina Faso. « Depuis le début, la programmation articule des metteurs en scène étrangers qui croisent les compagnies locales. Je crois en cette articulation du plus petit vers le plus grand. Parce que la création est liée à la vie. Et la vie est création ». Le CDN de Normandie-Rouen accorde une place de plus en plus importante aux troupes normandes (Akté, Chat foin, Caliband Théâtre…). 14 seront accueillies l’année prochaine. « C’est une de nos missions. Le CDN est un pôle de création. Il y a beaucoup de talents dans cette région et l’engagement de ces artistes est très beau. Il faut leur ouvrir la porte et leur faire confiance ». Dans le calendrier, sont cochés plus de 250 jours de résidence, dont une grande majorité pour les compagnies régionales.

 

Tout commence vendredi 7 octobre au théâtre des Deux Rives à Rouen avec une série de représentations de Paris, une pièce créée l’an passé et mise en scène par David Bobée. Avant une tournée, le directeur reprend cette adaptation du texte de Frédéric Ciriez joué par Marc Agbedjidji, Angelo Jossec et Marius Moguiba. C’est une plongée dans le monde des sapeurs congolais. Cette saison 2016-2017, ce sont 146 levers de rideau dans quatre villes (Rouen, Petit-Quevilly, Mont-Saint-Aignan, Yvetot), 37 propositions artistiques, dont 22 créations – 17 d’entre elles sont des productions ou des coproductions – 25 projets d’artistes issus de la diversité.