La diversité pourrait être un résumé de cette nouvelle saison du Hangar 23. Sébastien Lab affirme ainsi les choix opérés l’année dernière. La salle rouennaise est dédiée à la danse, de plus en plus plurielle, et à une musique, fruit d’une rencontre inattendue d’artistes. « Notre souhait est d’amener le public vers l’originalité, de le surprendre avec des dramaturgies qui ont une originalité propre », remarque le directeur du Hangar 23 qui dévoile la programmation jeudi 19 septembre.

 

De la danse. Elle vient d’univers de plus en plus larges, bouleverse tous les codes connus. Florence Caillon  de L’Eolienne mêle toujours danse et cirque et fait entendre les mots d’Annie Ernaux pour évoquer la passion dans cette création Passion simple (mardi 8 octobre).  Dans P.P.P., Phia Ménard qui se fait également jongleuse est à la recherche de l’équilibre dans un espace hostile (mercredi 13 novembre). Radhouane El Meddeb associe la danse à l’art culinaire en évoluant sur le plateau tout en préparant un couscous. La danse se fait plus transgressive avec Sharon Eyal, formée à la Batsheva Dance Company, et très physique avec Abderzak Houmi (vendredi 21 mars) et Bintou Dembélé (jeudi 27 mars). Dans Panorama, Philippe Decouflé revisite trente années de création (vendredi 7 février) et de jeunes danseurs s’approprient Jours étranges de Dominique Bagouet (mardi 6 mai).

 

De la musique. Le Hangar 23 a un bel artiste associé. Ballaké Sissoko, joueur malien de kora, perpétue cette tradition out en multipliant les collaborations artistiques. Il a joué avec Vincent Ségal, Taj Mahal. A Rouen, il joue mardi 20 mai à l’abbatiale Saint-Ouen avec Andy Emler et Guillaume Orti. Autre rencontre qui devient aujourd’hui un symbole fort puisqu’elle réunit mardi 1er octobre le trio belge Aka Moon, le Français Magic Malik, le Turc Ahmet Misirli, le Syrien Khaled Aljaramani, le Libanais Mustapha Saïd, l’Egyptien Sheikh Ehab Younes et l’Irakien Amir El Saffar. Pascal Comelade rend un hommage à Bob Dylan avec le Bel Canto Orquestra de Barcelone et les musiciens birmans de Saing Waing (mercredi 18 décembre). Le Hangar 23 invite également Elise Caron pour une soirée jazz improvisé avec Joëlle Léandre et Edward Perraud (vendredi 14 février) et donne carte blanche à Thierry Pécou, un compositeur nourri de musiques différentes.

 

De la danse et de la musique. Après la présentation de la saison, Olivier Dubois et Cyril Accorsi, deux personnalités de la danse, interprètent ensemble L’Après-Midi d’un faune. Une chorégraphie de Nijinski écrite en 1912 que leur a transmis Dominique Brun. Pour cette pièce classique, les deux danseurs, si singuliers, sont accompagnés de l’orchestre symphonique du conservatoire de Rouen, dirigé par Claude Brindel, qui joue Le Prélude à l’après-midi d’un faune de Claude Debussy.

 

 

 

  • Présentation de la saison jeudi 19 septembre à 19h30 au Hangar 23 à Rouen. Entrée gratuite. Réservation au 02 32 76 23 23.
  • Programmation complète sur www.hangar23.fr