Un Batman dans ta tête : c’est l’histoire d’un ado plongé dans les aventures d’un super héros et un soliloque percutant. A voir jeudi 16 et vendredi 17 novembre à L’Étincelle à Rouen avec le festival Art et Déchirure.

Matthieu entend une voix. Pas de manière épisodique mais régulièrement. Jusqu’à ce que celle-ci devienne envahissante. Matthieu est un adolescent qui mène une vie chaotique auprès d’une mère, tombée en dépression, qui incombe à ses enfants les raisons de sa vie ratée. Pour Matthieu, il n’y a qu’une seule issue : échapper au réel et jouer à la console pour plonger dans les aventures de Batman. Il trouve là un moyen de passer des moments plus excitants. Or, il ne parvient plus à faire la différence entre la réalité et la fiction et va se construire un personnage. Comme un double fantasmé. Matthieu entend donc cette voix qui lui rappelle quelques souvenirs d’enfance, parle de sa famille…

Dans Un Batman dans ta tête, l’auteur David Léon aborde la question de la construction de la personnalité. Il n’écrit pas un monologue mais un soliloque. En lisant ce texte, la metteure en scène Hélène Soulié s’est souvenu d’un cliché de Nan Goldin, photographe américaine. « J’ai eu en tête ce jeune homme allongé dans une baignoire. Je me suis inspirée de cette photo. J’ai donc placé l’acteur dans une baignoire et aussi face à un grand miroir pour qu’il se rende compte compte de son double ».

Devant son image, Matthieu, joué par Clément Bertani, prend la parole, tente de mettre des mots sur des événements vécus, plus ou moins traumiatisants, sur des émotions. « Il veut raconter son histoire et essaie de comprendre ce qui s’est passé ». Le langage est brut mais aussi intime et bouleversante. « Lacan disait : nous sommes tous fous. Nous pouvons tous entendre des voix. Nous nous parlons tous à nous-mêmes et nous avons chacun un espace propre ». Celui de Matthieu est très actif. « Il emmène le public dans son espace qui devient réel ».

  • Jeudi 16 et vendredi 17 novembre à 20 heures à la chapelle Saint-Louis à Rouen. Tarifs : de 15 à 3 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • Rencontre avec Anita Lenglet, psychanalyste, à l’issue de la représentation du 16 novembre.
  • Vendredi 20 avril à 20 heures au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe. Tarif : 12 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr