Bérangère Jannelle, metteure en scène, artiste associée au CDN de Normandie Rouen, est allée mener un atelier au Burkina Faso avec La République de Platon. Avec une troupe de comédiens africains, elle a créé Africa Democratik Room, une adaptation jouée du 7 au 10 février au théâtre des Deux-Rives.

 

photo Heidi Folliet

Les palabres. Après Deleuze, Platon. La démarche théâtrale de Bérangère Jannelle est attachée à la pensée philosophique. Invitée pour un atelier au Burkina Faso, la metteure en scène est arrivée avec La République de Platon sans avoir un objectif précis. « Je connais mal l’Afrique noire. Je voulais savoir s’il existait un rapport entre les discussions philosophiques de Platon et l’arbre à palabres. Quand nous avons commencé le travail, cela a agi comme une révélation. Les comédiens se sont emparés de cette parole avec une grande vitalité. Le sens était là, clair. La palabre était là ». Le texte de Platon s’enrichit ainsi de la culture et des références de la troupe d’artistes africains.

 

Une modernité. La République est considéré comme le premier traité de philosophie politique. Platon (vers -427, vers -348) y présente les différents aspects d’une société idéale. « C’est une modernité incroyable », remarque Bérangère Jannelle. « Il a une façon d’analyser les grands problèmes, dont la question de l’argent dans l’espace public. Platon dit qu’une cité doit organiser le bien. C’est ce qui fait société. Mais se pose un élément de difficulté et de corruption, c’est l’argent qui met à mal le bien commun, la fraternité ». Le théâtre a toute sa place pour faire résonner cette parole. « C’est l’art public par excellence. Il y a un travail sur le sens, sur les mots, sur le jeu avec le sens des mots ».

 

Le maquis. En Afrique, le maquis, c’est un lieu d’où naissent les débats. Pour cela, il suffit d’une table. Dans Africa Democratik Room, une adaptation des discours philosophiques de Platon, présenté du 7 au 10 février au CDN de Normandie Rouen, Bérangère Jannelle crée cette ambiance de maquis au milieu de pneus. « L’Afrique, c’est le continent de la deuxième vie. On recycle, on réinvente, on reconstruit ». Le pneu est aussi la métaphore des démocraties malades, celle d’une Afrique où les produits usés viennent s’échouer et polluer. Avec Africa Démocratik Room s’ouvre une assemblée générale.

 

 

 

  • Mardi 7, mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 février à 20 heures au théâtre des Deux-Rives à Rouen. Tarifs : 14 €, 9 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 03 29 78 ou sur www.cdn-normandierouen.fr
  • Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du mercredi 8 février.