Théâtre de rue à Sotteville : une échappée avec la compagnie Adhok

par | 16 septembre 2015 | Art de la rue

Compagnie associée à l’Atelier 231, AdHok présente samedi 19 septembre à Sotteville-lès-Rouen avec une douzaine de comédiens amateurs Issue de secours. Une pièce tendre et pleine d’espoir, entre théâtre et danse, sur la vieillesse.

 

photo Vincent Muteau

photo Vincent Muteau

Ils ont bien avancé dans l’âge. Ils ne peuvent plus être entièrement autonomes. Mais ils ne sont pas complètement dépendants. En eux brûle encore une petite flamme. Lorsque l’issue de secours de la cantine de leur maison de retraite est restée ouverte par mégarde, les sept complices n’hésitent pas un instant à s’enfuir. Les voilà, leur plateau entre les mains, dans les rues de la ville à goûter une nouvelle fois les joies de la liberté, retrouver une petite part d’insouciance, surtout faire de belles rencontres dans la ville.

 

Issue de secours de la compagnie AdHok est une jolie fresque, une ode à la vieillesse, un spectacle qui mêle théâtre et danse, comédiens professionnels et amateurs. Doriane Moretus et Patrick Dordoigne se demandent ainsi s’il est possible d’ « entrer en renaissance à tout âge ».

 

Après avoir franchi l’Issue de secours, les sept personnages reprennent leur vie en main. Même s’ils restent encore accrochés à leur plateau de cantine. « C’est très symbolique. Le plateau évoque les lieux sans âme, la nourriture insipide. En fait, c’est leur radeau. A un moment, ils vont le jeter pour mettre de la fantaisie, de la couleur dans leur vie », explique Doriane Moretus.

 

Dans cette déambulation, le public suit ces sept femmes et hommes qui ressemblent au départ à des zombies avec leur démarche peu assurée. Ils portent en eux des blessures, des souvenirs, des désirs, des sentiments. « Lors du spectacle, nous ne dévoilons pas leur histoire personnelle. Seulement quelques bribes. En fait, c’est une tranche de la grande famille humaine. Nous ne sommes pas dans le narratif complet. Tout est raconté de manière métaphorique ». Ces sept-là éveillent ainsi des parts d’enfance, des moments vécus, rappellent des personnes qui ont fait partie de nos vies. « On rit au début et on pleure à la fin ».

 

 

  • Samedi 19 septembre à Sotteville-lès-Rouen. A 15 heures départ au 21 de la rue Sémard, à 18 heures départ place Calmette.
  • Spectacle gratuit.

À lire également

ante. Phasellus ipsum consequat. libero sed sem,