Les dates de représentation se multiplient pour Olivier Saladin. Le comédien rouennais vient de jouer la centième d’Ancien Malade des hôpitaux de Paris, une adaptation du livre de Daniel Pennac. Il joue samedi 19 décembre au Théâtre des Arts à Rouen.

 

photo Emmanuel Noblet

photo Emmanuel Noblet

Cette nouvelle est « une course au galop ». Quant Olivier Saladin se lance dans cette histoire, il ne s’arrête plus. « C’est comme si vous tiriez une flèche. Il faut rester à fond sur son sujet. Surtout ne pas digresser. Le texte ne le permet pas. Quand j’ai commencé à travailler, j’ai eu du mal à trouver le bon rythme. C’est un rôle très physique ».

 

Au bout de cent représentations, Olivier Saladin garde le rythme de ce récit haletant. Il a adapté pour le théâtre Ancien Malade des hôpitaux de Paris, une nouvelle de Daniel Pennac que l’auteur qualifie de « monologue gesticulatoire ». C’est François Morel, complice depuis plusieurs années, qui lui tend ce livre. « Nous nous sommes rencontrés un jour. François m’a dit : tiens, j’ai lu ça. Regarde, c’est pas mal. A ce moment-là, j’étais artiste associé à la scène nationale de Chalons-en-Champagne. Philippe Bachman, le directeur, me donne une carte blanche. J’ai pensé à ce texte. Je me suis laissé emporter par cette histoire et j’ai ressenti le besoin de la raconter ».

 

Pour Ancien Malade des hôpitaux de Paris, « une lecture n’était pas suffisante. Il fallait aller au delà, avoir un décor qui a un sens » et aussi une mise en scène signée par Benjamin Guillard qui a joué dans L’Affaire de la rue de Lourcine, une pièce du Chat Foin. Sur scène, Olivier Saladin interprète tous les personnages de cette histoire délirante.

 

Le docteur Galvan est un interne en médecine, récemment diplômé et très ambitieux. « Il veut être un grand professionnel, surtout noircir sa carte de visite de titres prestigieux ». Lors d’une nuit de garde, tous ses espoirs vont s’écrouler. Une personne vient le consulter avec des maux étranges. Il présente en effet une multitude de symptômes qui apparaissent aussi vite qu’ils disparaissent. Personne ne comprend. « C’est la panique. Et la panique professionnelle, ça existe dans différents métiers. Il y a des pressions énormes ». Ancien Malade des hôpitaux de Paris est une vraie farce et Olivier Saladin réussit une réelle performance.

 

 

  • Samedi 19 décembre à 20h30 au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : de 50 à 25 €. Réservation : Fnac, Armitière.