Thierry Gibault est seul sur scène dans Une Trop Bruyante Solitude, un magnifique texte sur la liberté écrit par Bohumil Hrabal et mis en scène par Laurent Fréchuret. La pièce est programmée mardi 28 novembre au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray.

C’est un joyeux désespéré. Hanta travaille depuis trente-cinq ans dans une usine de recyclage. Il passe ses journées devant une presse destinée à avaler des tonnes de livres censurés. Les bons, les moins bons et les chefs-d’œuvre. Insupportable pour cet homme farouche qui n’a jamais suivi d’études. Il est dans le noir, couvert de crasse, boit de la bière. Alors la lumière et la connaissance, elles ne peuvent venir que des livres. Clandestinement, il va en cacher. Deux tonnes de bouquins se trouvent au-dessus de son lit. Dans l’entreprise, le rendement de Hanta chute fortement et le sauveur de la culture va être rejeté par le restant de l’équipe. Il ne lui reste plus qu’à rejoindre les grands textes.

Thierry Gibault est Hanta, le héros d’Une Trop Bruyante Solitude, un soliloque écrit par Bohumil Hrabal, auteur tchèque (1914-1997), joué mardi 28 novembre au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray. « C’est un personnage attachant, très touchant parce qu’il est à la fois fort et fragile. C’est aussi un résistant. Il a décidé de résister à l’oppression par la poésie, l’amour des livres et des idées ». Thierry Gibault est seul sur scène et reste coincé dans une palette pendant une heure. « Je ne bouge pas mais le texte est très incarné. Il faut ramener du vivant, du concret. Les mots s’inscrivent dans le corps, dans le jeu. Mon corps bouge sans cesse. C’est très physique. Je frôle les fourmis dans les pieds. Mais c’est très jouissif ».

Thierry Gibault connaît le récit de Hrabal depuis plus de vingt-cinq ans. « Je l’adore. Je l’ai souvent donné à des metteurs en scène ». C’est avec Laurent Fréchuret qu’il a créé Une Trop Bruyante Solitude. « A la première lectures, j’ai été séduit par l’histoire, le personnage, les différents niveaux de lecture. Il n’y a pas de revendication simple mais c’est une forme de résistance politique ». Une Trop Bruyante Solitude, une œuvre censurée écrite en 1974, est en effet un manifeste pour la culture. « Hanta parle des ouvriers qui travaillent avec lui dans cette usine moderne. Il est stupéfait que de jeunes personnes détruisent des livres sans états d’âme ». Cette pièce questionne la liberté de penser, la place de la culture dans une société et le danger de sa disparition.

 

 

  • Mardi 28 novembre à 20h30 au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray. Tarifs : de 15 à 8 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 91 94 94.