Trois metteurs en scène, Philippe Awat, Guillaume Barbot et Victor Gauthier-Martin, racontent leur expérience d’un travail en commun tout en portant un regard sur le monde actuel. Heroe(s) est une enquête menée sur toutes celles et tous ceux qui s’inscrivent dans une histoire. C’est mardi 21 janvier au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe.

Créer en collectif

Ils ont été des artistes associés au théâtre de Chelles. Chaque metteur en scène a mené sa vie dans le lieu et sur le territoire jusqu’à ce qu’ils aient envie de monter un projet ensemble. « Si nous avions été réunis par un même directeur, c’est que nous avions des choses à raconter ensemble ». Philippe Awat, du Feu follet, Guillaume Barbot, du Coup de poker, et Victor Gauthier-Martin, de Microsystème, décident alors de mettre en scène un texte de Mark Ravenhill. Changement de projet après les attentats du 13 novembre 2015. « Notre interrogation n’a pas porté sur notre envie de travailler ensemble. Elle était toujours là. Mais comment reprendre la parole après une telle tragédie ? Nous avons alors souhaité écrire ensemble, tenir un journal de bord », se souvient Guillaume Barbot.

Une enquête à mener

Les trois metteurs en scène ont entrepris une correspondance par mail. Les sujets : leur vie au quotidien avec les résidences, les répétitions… et aussi les émotions ressenties au fil de l’actualité. Très vite, le journal de bord de ces artistes, toujours en éveil, s’est noirci avec des réflexions sur la guerre, surtout économique. « Elle est la plus présente dans notre monde, remarque Guillaume Barbot. C’est l’enjeu du quotidien de tout le monde. Il ne faut pas oublier que l’évasion fiscale finance le terrorisme. Nous sommes ainsi dans la complexité du mot guerre. Mais c’est quoi être en guerre ? Nous avons chacun de notre coté pendant six mois interrogé nos familles, des politiques, des historiens… Notre matière s’est enrichie au fil de nos rencontres ».

Les héros d’aujourd’hui

Que faire de toute matière écrite ? « Après plusieurs réflexions, nous sommes arrivés à cette réflexion sur les héros contemporains. Qui sont-ils ? Pour nous, ce sont les lanceurs d’alerte, ces citoyens qui ouvrent leur gueule et reprennent possession d’un monde qui lui a échappé ». Il a fallu à Guillaume Barbot, Philippe Awat et Victor Gauthier-Martin, trois années pour écrire Heroe(s). « Nous avons pris le temps de la réflexion, de la pensée. Cela a permis d’assumer notre journal de bord, de vivre ensemble nos échecs, de trouver les solutions ». Sur scène, ils sont tous les trois des metteurs en scène qui racontent cette fraternité. « On revit les situations au présent. Puis nous devenons des enquêteurs. Comme des Pieds Nicklés ». Sur leurs grands tableaux, ils fixent les empreintes de leurs recherches, inscrivent les mots-clés. Tout se construit sous les yeux du public. Comme une grande épopée

Une expérience à renouveler

« Pour nous, ce fut une aventure étrange. Nous ressentons une double sensation. On ne pensait pas du tout pouvoir jouer le texte. Au départ, c’était une expérience menée par trois metteurs en scène. Puis, le spectacle a touché les spectateurs et a ouvert des débats. C’est très touchant. On pouvait aussi penser que cette création soit vite obsolète. Au contraire et c’est presque triste que l’on soit encore en train de le jouer. D’autant que depuis plusieurs mois, les gens descendent dans la rue ». Guillaume Barbot, Philippe Awat et Victor Gauthier-Martin restent toujours en alerte. Leur colère est toujours aussi vite. « Il faut la garder ». Ils pensent même écrire une suite.

Infos pratiques

  • Mardi 21 janvier à 20 heures au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe.
  • Tarifs : de 23 à 10 €.
  • Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr