Une nouvelle traversée dans les langues françaises

par | 27 mai 2021 | Vie culturelle

Ce sera une nouvelle version du festival des langues françaises qui se déroule durant toute la fin de la saison du CDN de Normandie Rouen, entre le 29 mai et le 8 juillet.

Ce ne sera pas vraiment un festival. La crise sanitaire a imposé un nouveau format, plus long. En revanche, les langues françaises seront bien entendues, comme dans les éditions précédentes, dans toute leur diversité entre le 29 mai et le 8 juillet dans divers lieux non loin du théâtre de La Foudre à Petit-Quevilly et de l’espace Marc-Sangnier à Mont-Saint-Aignan. Ronan Chéneau, auteur permanent du CDN de Normandie Rouen, a dû donner au festival des langues françaises, des contours inédits tout en préservant la promotion des écritures contemporaines et internationales qui lui tiennent à cœur.

Les différentes lectures de pièces de théâtre seront alors « comme des levers de rideau. Les textes vont entrer en écho avec les spectacles reprogrammés lors de cette fin de saison. Le festival va aussi s’aventurer en dehors de l’écriture dramatique pour aller vers la performance ». Comme dans Jeanne et le orange et le désordre de et par Louise Emö. « C’est une écriture sur un trouble, une souffrance intime liée au fait d’être une femme, à la maternité, à la relation amoureuse », indique Ronan Chéneau. Elle précède celle, percutante, de Guillaume Dustan et de Nelly Arcan dans Jamais je ne vieillirai, mis en scène par Jeanne Lazar.

Sur les ondes, aussi

Il y a également un lien entre Le Poète insupportable de Cyrille Martinez et En Attendant Billy du Caliband Théâtre. Le premier, poète et romancier, « travaille sur une langue normée, celle de la communication et du marketing. C’est souvent très drôle. Cyrille Martinez a compilé des anecdotes pour se demander qu’est-ce qu’un poète en France. De son côté, Mathieu Létuvé parle de ses galères de metteur en scène », explique Ronan Chéneau.

Une nouveauté : deux textes seront mis en ondes. Le premier, Juste Fantômes, de Héléna Nondier, autrice rouennaise, choisi par un comité de lecture, sera à découvrir en trois épisodes. Pas de mise en scène cette année pour le prix RFI Théâtre, décerné à Souleymane Bah pour La Cargaison. Nadège Cathelineau et Julien Frégé du Groupe Chiendent mettent en voix cette histoire écrite après l’assassinat de onze jeunes guinéens lors de manifestations contre le pouvoir.

Le festival des langues françaises laisse aussi une place aux lecteurs et lectrices amateurs de la Littoralité francophone qui s’emparent de Hansel et Gretel, une version du conte des frères Grimm écrite par Alice Zéniter qui prend pour décor la crise économique de 2008.

Infos pratiques

  • Du samedi 29 mai au jeudi 8 juillet près du théâtre de La Foudre à Petit-Quevilly et de l’espace Marc-Sangnier à Mont-Saint-Aignan et sur les réseaux.
  • Lecture gratuite
  • Réservation au 02 35 70 22 82 ou sur www.cdn-normandierouen.fr
  • photo : Stéphane Babi Aubert

À lire également