Après des travaux de rénovation, Martin Roch a présenté une deuxième saison qui réunit une grande majorité de compagnies normandes au Piaf à Bernay.

Martin Roch a fait de la pluridisciplinarité le fil conducteur de sa programmation pour la saison 2019-2020. Le directeur du Piaf a néanmoins tracé un axe fort avec le théâtre. Autre caractéristique : les compagnies normandes qui constituent cette nouvelle année culturelle de ce lieu culturel à Bernay.

La compagnie 6e Dimension propose en ouverture de saison vendredi 4 octobre un bal hip-hop. Séverine Bidaud sera une guide pour réussir une vague ou quelques mouvements de popping. Elle revient avec une conférence dansée, Dis à quoi tu danses ?, où se mêlent l’univers des contes et le hip-hop. Des contes encore avec le collectif Ubique qui dynamite La Belle au bois dormant et avec Toutitro Teatro qui revisite l’histoire du Petit Chaperon rouge dans À Petit Pas dans les bois

Le Caliban Théâtre poursuit sa tournée avec son magnifique ML King 306 où Mathieu Létuvé raconte en parallèle les parcours de Martin Luther King et James Earl Ray. Tout comme La Boutique obscure avec La Chambre désaccordée, une pièce juste et tendre sur un enfant face à la séparation de ses parents. Ou encore La Parole au centre de Louise Emö et son brûlant Simon et La Méduse et le continent.

Des séries

Le Piaf accueille deux fois l’orchestre régional de Normandie. Il interprète la musique de Marc-Olivier Dusapin sur une trilogie consacrée à Buster Keaton. Autre ambiance avec les Valses de Tchaikovski et Strauss fils que commente Camille Vier-Villanove. Martin Roch a imaginé une semaine magique avec Le Phalène. Avec cette compagnie, il est question d’illusion, de manipulation de la pensée, de prédictions.

Dans Pièces en plastique, Les Messagers traitent de la question de rapport de pouvoir. Les circassiens d’El Nucleo jouent les Éternels Idiots pour aborder les doutes et les espoirs de l’adolescence. Quant au collectif Le K, il revient dans Le Parti d’en rire sur la vie de Pierre Dac, ancien résistant et humoriste.

Un projet culturel

La rénovation du Piaf à Bernay est une première étape d’un projet culturel plus vaste porté par la ville de Bernay. « Quand nous avons effectué un diagnostic en 2016, nous avons réalisé que les structures vieillissaient. Il était important pour nous de lier culture et patrimoine sur un même axe. Notre nous sommes demandés comment il était possible de relier le théâtre, l’abbaye et la médiathèque, trois lieux culturels qui sont à 500 mètres l’un de l’autre et qui ont des missions différentes », explique Ludovic Benmokhtar, adjoint en charge de la culture et du patrimoine.

L’abbaye, encore peu connue, abrite le musée des Beaux-Arts et deviendra un pôle patrimonial et historique. La médiathèque qui sera agrandie doit devenir aussi un lieu de vie. Au théâtre Le Piaf s’ajoutera dans l’ancienne école, juste en face, trois plateaux de répétition de 100 m2, disponibles fin 2020, et une maison des artistes. « Il ne peut y avoir de diffusion sans création, remarque l’élu. Pour offrir la culture au plus grand nombre, la gratuite ne suffit pas. D’autres facteurs entrent en compte. Il faut tout démystifier, en favorisant une entrée dans le processus de création, la rencontre entre le public et les artistes ».

Infos pratiques