D’en Henry VIII (1491-1547), on a cette image de souverain barbare, autant avec ses opposants qu’il éliminait qu’avec ses différentes épouses, répudiées, exécutées ou mortes en couche. Ce roi d’Angleterre qui est à l’origine du schisme avec Rome était aussi un homme cultivé, un musicien et un compositeur. Harry our king, un programme élaboré par Katharina Baüml est une occasion de découvrir avec sa formation Capella de la Torre cette musique du XVIe siècle samedi 24 août lors du Festival de musique ancienne à Arques-la-Bataille.

 

Qui était vraiment Henry VIII ?

Henry VIII est surtout connu pour être cruel. Il était aussi quelqu’un qui aimait la musique comme Charles Quint et François Ier. Il a fait beaucoup pour construire un centre de culture, de musique et pour s’entourer de ménestrels. Il était entouré de musique. Dans les archives, il est mentionné comme compositeur mais nous n’en sommes pas vraiment sûrs. En revanche, il était un musicien. Nous savons qu’il jouait du luth. Il y a d’ailleurs une anecdote : un jour, un luthiste est venu jouer à la cour. Il était tellement brillant qu’une des femmes d’Henry VIII en est tombée amoureuse. Il a été exécuté.

 

A-t-il été vraiment compositeur ?

A cette question, certains répondent de manière affirmative. D’autres pensent qu’Henry VIII a signé de son nom des partitions de musique qu’il appréciait. Aujourd’hui, nous ne sommes pas capables de savoir.

 

Quelles auraient été ses sources d’inspiration ?

A cette époque, il était normal de s’entourer de musiciens. Des groupes de ménestrels voyageaient avec le roi. La musique était alors écrite, jouée, écoutée régulièrement tous se connaissaient, échangeaient. Les styles se croisaient. Henry VIII a été influencé par la musique de la Renaissance italienne et allemande.

 

Henry VIII ne manquait pas de dérision. Il a intitulé une de ces pièces, Gentil Prince de renom.

Oui. Dans cette œuvre, Henry VIII évoquait-il l’idéal d’un roi, d’un prince, d’un homme qui était une figure de la culture ? Henry VIII était cruel comme tous les rois. Il ne faut oublier que cette période était aussi cruelle.

 

Henry VIII qui n’a pas été tendre avec ses différentes épouses a néanmoins composé Hélas Madame ?

C’est un titre semblable à une révérence dans lequel Henry VIII se montre tel un humble serviteur. Il y a une ambiance très douce, un peu mélancolique. Ces différentes pièces montrent ainsi les différentes facettes de ce roi qui avait certainement des doutes. C’est intéressant de retrouver les sentiments d’un homme, de regarder de près ces grandes personnalités de la Renaissance comme Henry VIII, Charles Quint et François Ier. On a des indications dans la peinture, dans les témoignages. Il est cependant plus facile de retrouver cela dans la musique.

 

  • Samedi 24 août à 20h30 en l’église d’Arques-la-Bataille. Tarifs : 14 €, 9 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Réservation sur place ou www.academie-bach.f
  • Conférence de Katharina Baüml : Henry VIII, l’ogre musicien, samedi 24 août à 14h30 au Presbytère à Arques-la-Bataille.