En état d’impermanence avec Bruno Peinado

par | 22 juillet 2020 | Exposition, Normandie Impressionniste

Bruno Peinado a investi Le Shed à Notre-Dame-de-Bondeville. L’artiste revient au centre d’art avec Briller et disparaître / Le Spectacle d’un feu, une exposition in situ pour interroger « ce paradoxe de la permanence de notre fascination pour l’impermanence ».

Créer au Shed, une ancienne fabrique de mèches de bougie, c’est « investir une chapelle ouvrière. Il y a des traces. L’intérêt était de partir de cette atmosphère pour revenir sur ces traces ». Bruno Peinado révèle celles qu’ont laissées les femmes et les hommes dans cette usine pendant leur travail. Tout ce passé industriel apparaît à nouveau sur trois grands miroirs tournants comme sur des toiles sans cesse en mouvement. « Tout ce qu’il y a autour de nous devient peinture ».

Briller et disparaître / Le Spectacle d’un feu, titre de cette exposition au Shed, rejoint une problématique poétique et politique, chère à l’artiste. « La question de la permanence est forte aujourd’hui. Je cherche à me mettre dans une porosité avec cette époque. Quand j’ai commencé à penser ce projet, la cathédrale Notre-Dame venait de brûler. Quand j’ai fait la visite du lieu, Lubrizol prenait feu. Je me suis demandé en même temps ce qu’est un artiste à 50 ans. Se pose alors la question du phénix, d’une chose qui brûle et qui renaît. Comme aussi la forêt amazonienne ou australienne ». 

Bruno Peinado s’empare ainsi de la permanence de la lumière, celle d’un feu, d’une étoile ou du soleil. Il marche alors sur les pas des impressionnistes avec des tableaux abstraits et d’un rideau, lui aussi en mouvement. Il veut offrir un spectacle aux couleurs de l’arc-en-ciel avec « un lever et d’un coucher de soleil qui s’embrase. C’est une fin qui annonce un début. Nous sommes dans le cycle de la vie ».

Infos pratiques

  • Du vendredi au dimanche de 14 heures à 19 heures au Shed, 12, rue de l’Abbaye à Notre-Dame-de-Bondeville.
  • Entrée libre.
  • Renseignements au 09 84 24 32 17 et sur www.le-shed.com
  • photo Marc Domage

À lire également

diam risus Lorem sem, accumsan et, neque.