COVID 19 : Pas de concerts. Pas de spectacles. Pas d’expositions… nous avons une belle pensée et apportons tout notre soutien à tous les acteurs et actrices du monde culturel, particulièrement affectés par cette mesure. Prenez soin de vous. Restez chez vous et toujours aussi curieux !

Le collectif Asymptomatique va « Finir Chèvre »

par | 16 février 2020 | Théâtre

Finir Chèvre : c’est le titre de la première création du collectif Asymptomatique. Le jeune quatuor raconte les turbulences des êtres lundi 17 février à L’Étincelle à Rouen lors du festival Toute Première Fois avant un passage au théâtre des Bains-Douches au Havre et à la Cité Théâtre à Caen pendant En Attendant L’Éclaircie.

Des amoureuses et des amoureux du théâtre

Dans cette bande des quatre, un seul a été bercé par le théâtre. Le chemin n’était cependant pas tout tracé pour Louison Bayeux-Martin. « Il a fallu forcer le destin. J’avais besoin d’âtre sur un plateau, de m’exprimer. Moi qui était un gamin turbulent, j’ai pu me canaliser grâce au théâtre ». Comme Romain Guilbert. « Je suis venu au théâtre très tard. Au début, ce n’était pas une vocation parce que ce n’est pas mon monde. En 3e, ma prof de français a conseillé à mes parents de m’inscrire à un atelier. Ce que j’ai fait avec Marie Crouail. C’était captivant ». Pour Inès Camesella et Nikita Haluch, le théâtre est arrivé « par hasard ». La première s’est mise sur les traces de son frère pour intégrer une classe théâtre dès le collège. Quant à Nikita Haluch, elle a commencé au lycée avant d’intégrer le conservatoire du Havre. « Je me suis davantage orientée vers la mise en scène et la technique ».

Pour ces quatre jeunes artistes, réunis dans le collectif Asymptomatique, le théâtre est devenu « leur passion. C’est quelque chose qui nous habite. Trouver un métier qui nous passionne, cela ne paraissait pas envisageable à un moment. En fait, c’est possible avec le théâtre. Nous avons envie de raconter des histoires, de vivre des choses intenses. C’est une manière d’être au monde, de le penser, de le voir ».

Un projet commencé à l’école

Tous les quatre se sont retrouvés à la Cité Théâtre à Caen où ils ont poursuivi leur formation. C’est dans cet endroit qu’ils ont aussi commencé à travailler sur ce qui va devenir Finir Chèvre, une première création écrite, mise en scène et jouée pendant Toute Première Fois à Rouen et En Attendant L’Éclaircie au Havre et à Caen. Point de départ de Finir Chèvre : une réflexion sur les troubles comportementaux. « Nous sommes sensibles à ces sujets qui sont mal exploités et souffrent de nombreux clichés ». Pour aborder ce thème, les quatre artistes du collectif ont écrit ensemble, non pas une conférence scientifique, mais une histoire « avec des déviances. C’est une pensée en arborescence. Ce qui peut apparaître comme illogique devient vite logique ».

Un duel entre un frère et une sœur

Finir Chèvre est un duo, joué par Louison Bayeux-Martin et Inès Camesella et mis en scène par Romain Guilbert avec Nikita Haluch. Un frère et une sœur se donnent rendez-vous au théâtre pour une lecture d’un texte devant le public. Il est là. Elle, non. Pour le jeune homme, c’est l’occasion de parler de lui, de son enfance, de ses souvenirs, joyeux et douloureux. Quand la sœur arrive, il est trop tard pour la lecture. Un autre duo s’engage. Même un duel verbal puisque chacun va profiter de cette tribune pour régler ses comptes. Le collectif Asymptomatique a choisi la sobriété. Juste une boîte noire et deux pupitres pour être simplement face au public.

Infos pratiques

  • Lundi 17 février à 20 heures à la chapelle Saint-Louis à Rouen. Tarifs : 10 €, 3 €. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • Mardi 18 février à 20 heures au théâtre des Bains-Douches au Havre. Tarifs : de 10 à 5 €. Réservation au 02 35 47 63 09 ou sur www.theatrebainsdouches.fr
  • Mercredi 19 février à 20 heures à la Cité Théâtre à Caen. Tarifs : de 10 à 5 €. Réservation au 02 31 93 30 40 ou sur www.lacitetheatre.org

À lire également

efficitur. lectus venenatis diam facilisis Sed sit mattis