Seb & Blanca vont au-delà de la frontière

par | 16 avril 2021 | Vie culturelle

Il est question de frontière et de corps à corps dans ce Borderless, écrit par Seb & Blanca. Les deux acrobates, issus de l’école nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois, sont en résidence au cirque-théâtre à Elbeuf avec Julius pour une reprise de rôle avant les prochaines représentations.

Blanca Ivonne Franco est mexicaine. Sebastien Davis-VanGelder est américain. Tous deux se sont rencontrés à l’école nationale des arts du cirque à Rosny-sous-Bois pour former un duo original de main à main. « Il y a eu très vite entre nous une connexion et une complicité. Certainement en raison de la direction de travail et de recherche que nous avions envie de prendre tous les deux. Nous ne voulions pas de portés académiques conventionnelles ou classiques. La danse contemporaine nous a aussi rapprochés. Je viens de là et Seb était attiré par ça. Cela nous a permis de travailler sur la mobilité des corps avec douceur », explique Blanca Ivonne Franco.

Il y a eu aussi un sujet qui les a vivement intéressés tous les deux. Il s’agit de la notion de frontière. « A ce moment-là, Trump venait d’accéder au pouvoir. J’habite une ville située non loin de la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Beaucoup traversent cette frontière. Je me suis demandée ce qu’être un étranger. Je suis partie dans un centre pour migrants pour partager une expérience avec eux et recueillir des témoignages. Quand je suis arrivée en France, je me suis rendue compte que j’étais une étrangère mais avec une place privilégiée. Ces questions-là me touchent beaucoup ».

Blanca Ivonne Franco et Sebastien Davis-VanGelder qui devaient venir jouer en janvier 2021 au Cirque-théâtre ont créé un langage poétique pour évoquer les limites. C’est évident pour eux : tracer une ligne pour imposer une séparation a des répercussions sur les corps et les esprits. Borderless, un spectacle qu’ils ont répété cette semaine au cirque-théâtre d’Elbeuf avant une reprise de rôle, raconte ces traces. Dans ce main à main qui mêle danse et cirque, le duo, avec deux corps élastiques en symbiose, ne forme qu’un seul être mystérieux jusqu’à ce que les liens se distendent et se rompent. Entre se dessine une frontière qui amènera des tensions et des conflits. Alors chacun va jouer avec les clichés de son pays natal. Le sombrero, les tacos, les cactus, les mariachis pour Blanca Ivonne Franco. Le football, le McDo, les tailles surdimensionnées pour Sebastien Davis-VanGelder. Avec une certaine ironie, ils en montrent toute l’absurdité. Comme celle des murs élevés pour rendre les frontières infranchissables.

  • photo : Nolwenn Lefour

À lire également