//

Sur le track du roller derby

photo : Jean-Louis Chérel

Derby, c’est à la fois une performance et une célébration de la liberté. Rollers quad aux pieds, les cinq interprètes de la compagnie Una dépeignent l’univers d’un sport de contact et de vitesse du 10 au 12 avril au Volcan au Havre, les 16 et 17 avril à l’espace Marc-Sangnier à Mont-Saint-Aignan avec le CDN de Normandie-Rouen lors du festival Spring.

Myriam Coën a découvert le roller derby par hasard. Juste un tournoi à Montreuil entre copains et copines il y a huit ans lui a suffi pour se découvrir une réelle passion. « C’est hyper impressionnant. Les batailles sont intenses et l’ambiance, incroyable ». La comédienne et régisseuse chausse à nouveau des rollers et s’inscrit dans une équipe. « Un nouveau monde s’est ouvert à moi. Cela m’a bouleversée, dans le bon sens du terme. Tu es là, toi-même avec tes difficultés, ta vulnérabilité. J’ai découvert une autre facette de moi. Au roller derby, il faut être une battante, persévérante. Cela donne de la confiance en soi. Le roller prend environ 80 % de mon temps ».

Tel est le propos de Derby, la deuxième création de la compagnie Una, présentée au Volcan au Havre et à l’espace Marc-Sangnier à Mont-Saint-Aignan. Valia Beauvieux et Emmanuelle Hiron, les deux metteurs en scène, ont souhaité raconter ce milieu sportif alternatif qui a connu un revival au début des années 2000. « C’est un sport créé par des femmes pour des femmes, ouvert maintenant aux personnes trans et non binaires. Il porte des valeurs humanistes, comme la solidarité, l’adelphité… Il y a un état d’esprit », rappelle Myriam Coën.

Valia Beauvieux et Emmanuelle Hiron ont constitué une team avec cinq rolleuses, pratiquant différentes disciplines. Ensemble, ils ont retracé leur chemin personnel et tenté de comprendre cette passion pour le roller derby. Ils font de Derby un parcours initiatique, entre théâtre, cirque, danse et sport, et une aventure collective physique où le corps est mis à rude épreuve.

Infos pratiques