/

De l’ombre à la lumière avec Akira Inumaru

photo : Litote

Entrer dans l’univers d’Akira Inumaru, c’est pénétrer dans un jardin secret où la lumière est la matière première. Dans l’enceinte de la majestueuse église Saint-Maclou à Rouen, le peintre dévoile une exposition intitulée Chambres ardentes, dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, et propose des visites nocturnes.

Originaire d’Ibaraki au Japon, Akira Inumaru s’est installé en France il y a quinze ans. Ses œuvres, caractérisées par une exploration intense de la lumière, trouvent une résonance particulière dans l’architecture flamboyante de l’église Saint-Maclou à Rouen. Formé à la peinture traditionnelle japonaise et influencé par l’impressionnisme européen, l’artiste crée des compositions qui captivent par un jeu subtil de clarté et de coloris chatoyants. Le festival Normandie Impressionniste trouve en Akira Inumaru un ambassadeur idéal. Son travail, qui reflète à la fois la délicatesse japonaise et l’audace de l’impressionnisme, illustre parfaitement la mission du festival de promouvoir l’innovation artistique tout en honorant le passé.

Les chambres ardentes, ce sont trois stations et un parcours de lumière. Première station : Distillation solaire. « Depuis toujours, j’imagine que la lumière est une matière, que l’on peut toucher, prendre, manger et peindre. Alors j’ai eu l’idée de peindre avec la lumière du soleil ». Et cette lumière est inscrite au cœur de son œuvre. Au point d’utiliser celle du soleil pour brûler certaines toiles avec une loupe et révéler un relief en creux et de nouveaux coloris, comme une transition graduelle entre l’obscurité et les premières nuances de l’aube.

Contemplation

La station 2 s’intitule Lumière pigmentaire. « La couleur pour moi est le synonyme de la lumière. Je passe beaucoup de temps à mélanger les pigments et l’acrylique qui deviennent une pâte. On appelle ça peinture, moi j’appelle cela pâte de lumière. Avec ces pâtes de lumière, je peins, je dessine, comme si c’était la lumière matérialisée ». Ici, les œuvres d’Akira Inumaru utilisent des contrastes forts et des couleurs vives pour capturer la puissance et la clarté du zénith de la lumière au milieu de la journée. Cette section de l’exposition souligne la vitalité et l’énergie, stimulant les sens.

La troisième station, Chambre ardente, explore les mystères et les ombres du crépuscule. Les installations artistiques jouent avec les ombres allongées et les lumières tamisées pour créer une atmosphère contemplative et mélancolique. Cette partie de l’exposition invite à la réflexion et à l’introspection, marquant la fin du parcours avec une note poétique. « Dans mon travail, la lumière n’est pas juste pour éclairer mon tableau. Elle fait partie de mon tableau. Dans cette chambre ardente, vous pouvez voir mes tableaux qui vivent avec la lumière. La lumière change toutes les minutes, toutes les secondes. Quand la nuit tombe, il y a des étoiles et la lumière de la nuit. Je souhaite que mon tableau vive avec la lumière… du moment, au lever du soleil, jusqu’à la nuit tombée. »

Des visites nocturnes permettent de découvrir les peintures sous un éclairage soigneusement orchestré, amplifiant les effets de lumière et d’ombre chers au peintre. Ces soirées offrent une occasion rare de voir l’église Saint-Maclou sous un angle nouveau, sublimée par le jeu de deux violoncellistes de l’Opéra de Rouen Normandie, Guillaume Effler et Jacques Pérez, qui viennent tour à tour accompagner le parcours d’œuvres. Ici les toiles interagissent avec les vitraux et les pierres séculaires de l’édifice. Les couleurs vives et les formes abstraites se métamorphosent sous l’effet de l’éclairage nocturne et la lumière noire, créant une atmosphère à la fois mystique et féérique. Une expérience d’une grande intensité.

photo : Litote

photo : Litote

photo : Litote

photo : Litote

Infos pratiques

  • L’exposition est ouverte jusqu’au 23 juin, les mercredi, jeudi et vendredi de 15 heures à 19 heures, les samedi, dimanche et lundi de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures à l’église Saint-Maclou à Rouen. Entrée gratuite
  • Les visites nocturnes se déroulent vendredi 14 juin à 22 heures avec Jacques Perez et jeudi 20 juin à 22 heures avec Guillaume Effler et Jacques Perez (ouverture des portes à 21h30). Participation libre
  • Aller voir l’exposition en transport en commun avec le réseau Astuce