Les quatre membres d’Ez3kiel ont passé quatre jours au Tetris au Havre. Le temps de construire un show lumineux et surtout hypnotique avant leur première date de tournée à Ouest Park jeudi 16 octobre. C’est à écouter et à voir.

 

EZ3kiel-LUX-bdEz3kiel et créativité sont deux synonymes. Depuis vingt ans, le quatuor sillonne divers chemins allant du post-rock à la musique électronique pour peindre des paysages uniques dans lesquels on aime se perdre. Chez Ez3kiel, groupe unique en son genre, c’est accueillant, chaleureux, mélancolique, grisant. C’est aussi hypnotisant. Notamment dans le nouvel album, LUX, qui sort le 10 novembre prochain.

 

Il a fallu du temps à Ez3kiel pour composer cet album. Le groupe a vécu des moments très intenses avec un orchestre symphonique. « Il a fallu rebondir et cela n’a pas été facile. Ce fut d’une grande richesse musicale. Après, comment vivre avec trois musiciens sur scène ? Il fallait faire mieux et différemment », confie Johann Guillon.

 

Différemment, Ez3kiel sait le faire puisqu’aucun album ne se ressemble. « 90 % du travail effectué il y a un an est passé à la trappe. Nous avons fait beaucoup d’essais, tenté pas mal d’idées… Cela nous a permis de voir ce qui marchait et ce qui ne marchait pas. Un titre qui marche est un titre qui a une âme, qui nous fait vibrer », explique Sylvain Joubert.

 

 

 

LUX est plus rock et plus electro avec une narration qui se déroule tout au long de l’album. Un format auquel le quatuor est fort attaché. « Nous concevons la musique uniquement de cette manière. Si les albums n’existaient plus, nous composerions un morceau de 50 minutes », remarque Johann Guillon. « Nous avons grandi avec les albums et nous travaillons sur des concepts d’album, sur des lignes directrices. Il ya la volonté de développer des morceaux et une scénographie. C’est comme écrire un livre. Aujourd’hui, nous ne nous posons plus la question parce que c’est notre mode opératoire », ajoute Yann Nguema.

 

Pour écrire cette histoire, Ez3kiel a imaginé autrement l’esthétique de l’image. Dans ce nouveau projet, le lien entre musique et images est encore plus tenu. Une évidence lorsque l’on choisit d’intituler un album LUX. Pour cela, Yann Nguema qui se consacre désormais à cette partie visuelle pilote un dispositif ingénieux : un logiciel bien compliqué, des rampes avec un ensemble de 48 projecteurs munis d’une plaque blanche à l’arrière. Durant tout le concert, tous enchaînent des mouvements de rotations. La lumière prédomine donc dans cette création. Une lumière qui crée des atmosphères éthérées, des tableaux abstraits qui happent dès le premier titre.

 

 

 

  • Jeudi 16 octobre à 20 heures sous chapiteau, fort de Tourneville au Havre. Tarifs : 24 €, 20 €. Réservation sur www.ouestpark.com

 

La programmation de Ouest Park

  • Jeudi 16 octobre : Ez3kiel, Sarah W_Papsun, Griefjoy, We Are Wolvesn Aloha Orchestra, Shopping
  • Vendredi 17 octobre : Vitalic, Brodinski, N’To, Carbon Airways, Moodoïd, Agoria, Salut c’est cool
  • Samedi 18 octobre : Selah Sue, Danakil, Electro Deluxe, Bombay, Show Pig, Birth of joy, The Bellrays, Fakear
  • Dimanche 19 octobre : Vunderbar, Nino, Bamboo for Chopsticks, Vincent Lanouvel