Jolie Carcasse raconte des ados en survie

par | 17 février 2020 | Théâtre

Pour sa première création, la compagnie Jolie Carcasse a choisi l’écriture très organique de Dennis Kelly. Elle joue, lors de Toute Première Fois et En Attendant L’Éclaircie, Débris, une pièce sur la violence d’aujourd’hui. Trois occasions de voir cette pièce à Caen, au Havre et à Rouen.

Sur le plateau, il y a juste un comédien, Charles Valter, et une comédienne, Elsa Delmas. Pour sa première création, Jolie Carcasse a souhaité « un théâtre brut. Nous n’avons aucun accessoire, aucun décor. Pour raconter une histoire, nous avions envie seulement d’un rapport entre les acteurs et le public, d’une adresse aux spectateurs. C’est toute la question du jeu et du non jeu », explique Lisa-Marion McGlue, metteuse en scène. 

Pas étonnant que cette jeune compagnie ait choisi un texte de Dennis Kelly. L’auteur anglais est connu pour son théâtre d’acteurs, son écriture puissante et rythmée, son mélange des genres et son humour si singulier. « Il est capable de raconter l’horreur, le sordide et l’inénarrable en le transformant en sublime ».

Une enfance chaotique

Jolie Carcasse, qui rassemble ces trois anciens élèves de la Cité Théâtre à Caen et Louis Sady, au son, s’est penché sur Débris, un huis clos dans lequel un frère et une sœur racontent leur enfance. Il est question de la famille, des liens compliqués et violents entre tous les membres dans cette pièce. Michael et Michelle sont en quête de sens quand ils convoquent tous ces épisodes familiaux. Il y a la crucifixion du père alcoolique, la mort de la mère étouffée par un os de poulet, la découverte d’un bébé dans un tas d’ordure, le placement dans un foyer par l’oncle Henry… Racontent-ils la vérité ou fantasment-ils leur enfance ?

« Avec ce texte, on ne peut pas plaquer une image  d’un seul coup. Il faut du temps pour le digérer. Il y a eu beaucoup d’allers et retours entre la table et le plateau. On virevolte d’une période à une autre, d’un personnage à un autre. Nous devions décoder ce qui était écrit, prendre du recul. Un des sujets de la pièce, c’est l’imagination. Sur le plateau, il faut déambuler, l’habiter, le remplir d’images nées de la parole ».

Lisa-Marion McGlue

Dans Débris, un frère et une sœur se débattent avec un passé un peu flou, cherchent des moyens pour survivre. Ces deux enfants livrés à eux-mêmes racontent là la violence d’un monde et cherchent le rêve.

Infos pratiques

  • Lundi 17 février à 20 heures à la Cité Théâtre à Caen. Tarifs : de 10 à 5 €. Réservation au 02 31 93 30 40 ou sur www.lacitetheatre.org
  • Mercredi 19 février à 20 heures à la chapelle Saint-Louis à Rouen. Tarifs : 10 €, 3 €. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • Jeudi 20 février à 20 heures au théâtre des Bains-Douches au Havre. Tarifs : de 10 à 5 €. Réservation au 02 35 47 63 09 ou sur www.theatrebainsdouches.fr

À lire également

non vel, ultricies neque. mattis Praesent Curabitur sed amet,