Deux compagnies haut-normandes, soutenues par la Région, sont programmées au festival d’Avignon, La Piccola Familia et La Divine Comédie. A quelques jours de la manifestation, il y a de l’excitation et de l’inquiétude.

 

"Henry VI" par La Piccola Familia photo Brigitte Enguérand

« Henry VI » par La Piccola Familia
photo Brigitte Enguérand

Jouer ou ne pas jouer ? Thomas Jolly n’hésite pas. Il faut jouer. Le festival d’Avignon doit avoir lieu. « Depuis 2003, il n’existe plus d’assurance en cas d’annulation des spectacles. Si Avignon est annulé en 2014, il le sera en 2015, certainement en 2016. Cela met alors des arguments forts dans la balance », remarque le fondateur de La Piccola Familia.

 

Lors de cette 68e édition, la compagnie rouennaise intègre le In pour créer Henry VI de Shakespeare. 18 heures de théâtre : « c’est une première parce que cette pièce n’a jamais été montée dans son intégralité en France. C’est un projet hors-norme mené par une équipe haut-normande ».

 

A quelques jours de la création, Thomas Jolly est heureux « parce que nous arrivons à la finalisation de ce projet démesuré qui a demandé quatre ans de travail et d’investissement ». Il est tout aussi « très inquiet. Cet accord a une forme injuste et déloyale car les intermittents ne sont pas représentés par les syndicats. Il remet aussi en cause les artistes et les techniciens. Ce régime n’est pas un privilège. Il prend en compte la réalité de nos métiers qui sont discontinus ».

 

Jouer oui mais « différemment. Quand le personnel hospitalier fait grève, il est présent pour assurer les soins vitaux aux malades et montre qu’il fait grève. C’est la même chose pour la culture. Si nous ne jouons pas alors on laisse mourir un accès à la pensée et on n’a plus notre arme ».

 

La Région à Avignon

La Piccola Familia fait partie, avec La Divine Comédie que dirige Jean-Christophe Blondel, des deux compagnies soutenues par la région Haute-Normandie pour jouer au festival d’Avignon. Une enveloppe de 211 00 euros depuis 2010 pour la Piccola Familia et une seconde de 10 000 € pour la création de L’Echange de Paul Claudel à Villeneuve-lès-Avignon pour La Divine Comédie.

 

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Région, qui a rappelé son soutien aux intermittents du spectacle, ces deux compagnies sont « la fierté de la Haute-Normandie. Notre région vit de cette dynamique culturelle. Il faut être attentif à ce qu’elle puisse perdurer et que l’existence même ne soit pas menacée. Il ne faut pas casser cela ».

 

A Avignon, la Normandie sera aussi présente avec l’Odia, office de diffusion et d’information artistique qui ouvre durant toute la durée du festival le Petit Louvre, un lieu d’échange et de rencontre pour les professionnels partagé avec la Picardie. Les discussions pourront bien être vives.

 

  • Henry VI par La Piccola Familia, les 21, 24 et 26 juillet à 10 heures à la FabricA à Avignon. Le 20 juin 2015 à 10 heures au Théâtre des Arts à Rouen.
  • L’Echange par La Divine Comédie, du 3 au 20 juillet à Villeneuve-en-Scène à Villeneuve-lès-Avignon.