Anaïs Gaudemard enregistre fin octobre au Théâtre des Arts à Rouen trois pièces pour harpe avec l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, dirigé par Leo Hussain. Pour financer ce projet, une campagne de financement participatif est lancé sur la plate-forme Culture Time. Echéance : le 18 octobre.

 

opera anais gaudemard« Ma famille ne comprend rien à ce mystère ». Anaïs Gaudemard est harpiste. « J’ai commencé le piano à l’âge de 8 ans à Marseille. Un jour, je croise dans les couloirs du conservatoire une professeur de harpe, une femme passionnée, passionnante qui m’a transmis sa passion ». Pendant une dizaine d’années, Anaïs Gaudemard poursuit parallèlement l’apprentissage du piano et de la harpe. Jusqu’à ce qu’elle fasse un choix. « Un choix de conviction ». Ce sera la harpe. « J’avais envie de dévoiler toutes les facettes de cet instrument parce qu’il est fascinant. Il offre une extraordinaire palette de sons. Quand on joue de la harpe, on est proche d’elle et on peut ressentir un plaisir sensuel ».

 

Anaïs Gaudemard a été lauréate des plus grands concours internationaux. Cette musicienne talentueuse a récemment décroché au festival des Sommets musicaux à Gstaad le prix Thierry Scherz qui lui offre l’opportunité d’enregistrer un album consacré aux concertos pour harpe. Avec quel orchestre ? Ce sera celui de l’Opéra de Rouen Normandie. « C’était une évidence parce que j’ai de connexion avec les musiciens de l’orchestre ».

 

Avec Leo Hussain, chef principal de la formation normande, Anaïs Gaudemard a choisi trois œuvres. Tout d’abord Danse sacrée et profane, deux danses pour harpe et orchestre à cordes écrites par Claude Debussy (1862-1918). « Le compositeur était attaché à cette région. Par ailleurs, avec cette pièce magnifique, magique, il sublime la harpe ». Autre évidence : le Concerto pour harpe et orchestre en ut majeur de François-Adrien Boieldieu (1775-1834), un compositeur né à Rouen. « C’est une œuvre majeure dans son répertoire et dans le répertoire des harpistes ». Enfin, Harp Concerto opus 25 d’Alberto Ginastera (1916-1983), un artiste argentin, est une partition « très sauvage, très rythmée, très percussive, aux couleurs hispanisantes ». Trois pièces piochées dans de belles pages de l’histoire de la musique qui présentent divers caractères de la harpe.

 

Il ne reste plus qu’à financer l’enregistrement de cet album évalué à 62 368 €. Le prix Thierry Scherz couvre 45 %, l’Opéra de Rouen Normandie, 43 %. Pour récolter les 12 % restant, soit 7 500 €, Anaïs Gaudemard et l’Opéra mènent jusqu’au 18 octobre sur la plateforme Culture-time une campagne de financement participatif, intitulée Laissez-vous charmer par la harpe d’Anaïs.

 

« Cette opération n’est pas incompatible avec notre mission de service public », explique Frédéric Roels, directeur de l’Opéra de Rouen Normandie. « Nous avons souhaité engager le public. Ce qui permet de créer une dynamique économique et artistique ». 12 mécènes ont déjà versé 1 750 €. En contrepartie d’une somme engagée, le donateur peut recevoir une photo dédicacée d’Anaïs Gaudemard, l’album, une invitation à un concert privé…

 

L’enregistrement est prévu dans la grande salle du Théâtre des Arts fin octobre. « Ce sera un exercice difficile pour moi », confie la harpiste. « Je n’ai jamais enregistré avec un orchestre. Nous avons des sessions d’enregistrement de trois heures, répétitions incluses. Nous serons limités dans le temps ».

 

  • Pour participer à la campagne : https://culture-time.com/projet/anais-gardemard
  • En concert avec les musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie mercredi 25 novembre à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Programme : Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy, La Légende de la harpe de Henriette Renié, Trio Opus 80 de Joseph Jongen, Quintette pour piano et cordes de César Franck. Tarifs : de 21 à 10 €. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr