/

“Kesta” ou l’acceptation de la différence

photo : Arnaud Bertereau

Kesta, un texte de Manon Ona, mis en scène par Anne-Sophie Pauchet, est une belle histoire sur l’acceptation de la différence. Elle est racontée samedi 29 janvier par la compagnie Akté au théâtre de La Foudre avec le CDN de Normandie Rouen.

Il y a quelque chose qui ne va pas chez ce collégien, facilement reconnaissable à son sac à dos à rayures rouges. Il n’est pas joyeux, plutôt désagréable. Il tape dans les murs. Parfois, il pleure assis par terre, le visage caché entre ses jambes. Il marche vite. Il parle vite aussi, jusqu’à avaler certaines syllabes des mots. Quand il est bien énervé, il ne dit pas : qu’est-ce que tu as mais kesta. Il fuit le regard des autres. Alors, pour aller en cours, il refuse de prendre la navette scolaire ; préférant traverser le souterrain. 

Là, il y a l’homme sans années, un sans-abri qui a installé ses affaires depuis longtemps déjà. Ses journées sont rythmées par les bruits de la ville, le sommeil, les repas, ses pensées et le passage du « gosse ». À lui qui a vécu les affres de la vie, impossible de raconter des histoires ou encore de cacher un secret. Il a bien compris les raisons de la colère du garçon. Le duo sera perturbé par une collégienne. Ce jour-là, elle a raté la navette scolaire et n’a pas d’autre choix que de passer par le souterrain où elle rencontre le garçon de son collège et l’homme sans années. Intriguée par les liens qui unissent l’homme et l’ado, elle va tenter de percer leurs mystères.

Sans préjugés

Avec un langage qui lui est bien singulier, chacun va se découvrir, se comprendre, même s’apprivoiser. Sans porter un jugement sur l’une ou l’autre. Sans brandir de préjugés. Kesta, le texte de Manon Ona, est rempli de générosité, de poésie et d’humour. L’autrice se garde de coller des étiquettes sur ses personnages pour porter un regard tout en nuances. Ce que transmet Anne-Sophie Pauchet dans sa mise en scène sensible pour dévoiler toute la complexité de ces trois êtres attachants, interprétés avec justesse par Julien Flament, Nadir Louatib et Manon Rivier. 

La cofondatrice de la compagnie Akté les campe dans une scénographie saisissante qui crée une ambiance quelque peu fantastique et donne la sensation d’une réelle plongée dans ce souterrain avec les personnages. La musique de Juliette Richards surgit comme un autre élément de décor et un marqueur du temps qui passe.

Infos pratiques

  • Samedi 29 janvier à 16 heures au théâtre de La Foudre à Petit-Quevilly. Tarif : 5 €. Pour les étudiants : carte Culture.  Réservation au 02 35 70 22 82 ou sur www.cdn-normandierouen.fr
  • Mardi 14 novembre à 19 heures à l’espace culturel Philippe Torreton à Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Tarifs : de 5 à 2 €. Réservation au 02 32 96 95 78 ou à billetterie.ecpt@pierrotin.fr
  • Durée : 1 heure
  • Spectacle à partir de 9 ans