Ancré dans la réalité

par | 9 juin 2014 | Bande dessinée

Sur La Route du livre, Hugues Barthe s’installe samedi 14 juin à la librairie Le Lotus à Rouen. Un après-midi de rencontre, de dédicaces et d’échanges sur les deux derniers albums, L’Eté 79 et L’Automne 79.

 

photo huguesAvant tout raconter une histoire. C’est l’objectif de Hugues Barthe. Pour le dessinateur et scénariste rouennais, celle-ci doit être ancrée dans le réel. « Elle doit nous dire quelque chose d’aujourd’hui ». Il aborde des sujets peu communs dans la bande dessinée, comme l’homosexualité, Le Petit Lulu ou Dans La Peau d’un jeune homo, ou la violence conjugale, L’Eté 79 et L’Automne 79.

 

Pour raconter ces histoires, Hugues Barthe observe, lit beaucoup. Il écoute, puise dans ses souvenirs. Commence ensuite le travail d’écriture qu’il effectue en posant diverses contraintes. Par exemple, dans L’Eté 79 et L’Automne 79, « le père n’est jamais représenté ».

 

Pour Hugues Barthe, « les débuts sont toujours difficiles. On sait en gros ce que l’on veut raconter mais les choses évoluent tellement lorsqu’on les écrit. Souvent, on part sur de fausses pistes. Il faut alors faire des retours en arrière ».

 

Chaque bande dessinée est un nouveau défi, donc « des nouveaux problèmes ». Hugues Barthe travaille seul, à la fois le texte et l’image. « Je ne peux pas faire les choses autrement. L’intérêt est de faire entendre une seule voix. A deux, il y a des compromis. Ce n’est pas deux voix que l’on entend mais deux demies voix. Dans une bande dessinée, rien n’est gratuit. Un dessin n’est pas l’illustration d’un texte. Dans une image, tout est utile. On y exprime des idées ».

 

Avec L’Eté 79 et L’Automne 79, Hugues Barthe a certes narré la vie de sa famille mais en fait une histoire universelle, de fiction, dans laquelle une femme est battue par son mari. Un récit compliqué à mettre en forme. « J’avais plein de barrières qui m’empêchait d’avancer dans mon travail. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si douloureux »

 

Est-ce que la bande dessinée était le meilleur moyen pour aborder un tel drame familial ? « C’est mon moyen d’expression. C’est celui que je pratique depuis mon adolescence. Quand j’écrivais, le pathos ressortait. Le dessin m’a permis de trouver la bonne distance ».

 

Dans sa prochaine bande dessinée, Hugues Barthe traite un sujet évoque le langage, le transfuge social à travers un jeune homme, issu d’un milieu défavorisé, qui se marie avec une fille aisée. « Une histoire de fiction où les petits détails sont réels ».

 

  • Samedi 14 juin, à partir de 14 heures à la librairie Le Lotus, 49, rue d’Amiens à Rouen. Entrée libre.
  • Lire également le portrait de Jean-Marie Minguez

À lire également

lectus vulputate, at consectetur in risus elit. Phasellus commodo quis elementum id