Concert au 106 : Tahiti 80 rejoue « Puzzle »

par | 5 janvier 2016 | A la une, Concert

Il y a 15 ans, Tahiti 80 sortait Puzzle, un premier album qui n’a pas laissé indifférent. Surtout au delà des frontières françaises. Pour fêter cet anniversaire, le groupe rouennais publie une réédition du disque et interprète tous les titres jeudi 7 janvier au 106 à Rouen.

 

TAHITI 80 - copieUn anniversaire. Puzzle a 15 ans. Voire un peu plus. Le premier album de Tahiti 80 est sorti fin 1999 en France. Un an plus tard au Japon où il a été vendu à 130 000 exemplaires. C’est le plus gros succès du groupe rouennais. Alors 15 ans, ça se fête ? « Nous ne sommes pas dans cette logique d’anniversaire. Nous préférons écrire de nouveaux albums. On savait cependant que cette demande proviendrait du Japon. Et c’est bien que cela vienne de l’extérieur », remarque Médéric Gontier.

Pour les 15 ans de Puzzle, Tahiti 80 a préféré une recréation, faite « dans l’urgence cet été ». Il y a pour le Japon un double CD avec un livret, pour la France des vinyles blancs (des 33 tours et 45 tours) avec un fanzine retraçant la genèse du projet. « C’est amusant de se replonger dans les archives. Cela faisait un moment que nous avions ressorti quelques archives pour rigoler, pour voir nos gueules de minot. Avec le temps, nous étions restés avec des images de ce que nous avions vécu. On avait même oublié certaines choses, comme cette émission avec Iggy Pop », se souvient le guitariste. Pour ce nouveau Puzzle, en tout, 35 titres avec des sessions de radio, des remixes… « Nous avons eu envie de proposer un bel objet » à découvrir jeudi 7 janvier lors du concert au 106 à Rouen.

 

 

 

15 ans plus tôt. Toute cette aventure autour de Puzzle était « improbable. Dans les années 1990, on célébrait la chanson française de Dominique A, Miossec… La pop était inconsidérée ». Au tout début, Tahiti 80 réunit Xavier Boyer, Médéric Gontier, Sylvain Marchand. « Nous étions des gamins. On avait 21 ou 22 ans. Nous étions encore étudiants et nous n’avions jamais travaillé. Il y avait beaucoup d’insouciance. On ne se rendait pas compte de ce qui nous arrivait. A cette époque, on ne se posait pas de questions. C’était juste hallucinant », raconte Médéric Gontier.

Tahiti 80 compose, donne quelques concerts, sort un EP, signe chez Atmosphériques, s’envole à New York pour enregistrer avec Andy Chase Puzzle, mixé par Tore Johansson (The Cardigans).

 

Un succès à l’international. Puzzle, vendu à un peu plus de 200 000 exemplaires, est moyennement accueilli en France. « Même localement, on s’est fait taper sur les doigts ». Mais il fait un carton au Japon. « A la sortie d’un concert, il y avait des crash barrières. Des filles hurlaient et on était ébloui par les flashs. Aux Etats-Unis, on rencontrait les groupes qu’on aimait. On était chroniqué dans les journaux. On nous a donné notre chance et ce succès n’a pas été volé. Nous savons que nous faisons partie d’un groupe qui fonctionne à l’étranger et pas en France. Nous nous sommes fait une raison ».

Installé dans un studio à Rouen, Tahiti 80 a 20 ans, a sorti 6 albums, en prépare un prochain. Tahiti 80, c’est une pop lumineuse et sucrée empreinte de soul, de rock et d’electro, des mélodies délicieuses et gorgées de soleil, des titres accrocheurs comme Heartbeat, issu de Puzzle.

 

 

Une signature chez Atmosphériques

photo Bass

photo Bass

Ce n’est pas un hasard si The Archers assurent le dj set de cette soirée au 106 à Rouen. Bastien Cantillon et Pascal Dauzier forment The Archers, des « passeurs de disques ». A la fin des années 1990, le premier, alors chargé de l’information au Centre régional du rock, envoie la Compil’ du C2R, compilation annuelle de titres de groupes haut-normands, à Pascal Dauzier, directeur artistique chez Atmosphériques. Sur le CD figure le morceau Puzzle de Tahiti 80.

 

Séduit par le titre, Pascal Dauzier contacte le manager, assiste à un concert dans un club parisien. « J’y suis allé avec Marc (Thonon, directeur du label, ndlr). J’ai pris une grosse baffe. J’ai revu le groupe peu de temps après. Je suis venu à Rouen pour les rencontrer et nous avons signé en 1998 dans l’appartement de Xavier  ».

 

Séduit donc Pascal Dauzier l’a été par « les mélodies imparables », « le son » de Tahiti 80. « Il était difficile d’imaginaire que ce groupe était français. Ces musiciens n’écoutaient pas la même chose que tout le monde. Ils étaient assez peu identifiables. Leur musique venait d’ailleurs. Elle n’est pas du déjà jouer mais en même temps elle est ancrée dans son temps. Elle traverse les années 1960 jusqu’à aujourd’hui ». A cela s’ajoute « la voix de Xavier », délicate, aérienne. Sans oublier : « ces mecs sont adorables. Ce qui était un des critères de sélection chez Atmosphériques ».

 

  • Jeudi 7 novembre à 20 heures au 106 à Rouen. Concert gratuit. Réservation au 02 32 10 88 60 ou sur www.le106.com
  • Dj set de The Archers

À lire également