/

Les Musiciens de Saint-Julien révèlent une “Beauté barbare”

Photo : Jean-Baptiste Millot

Pour ce concert qui clôt les Musicales de Normandie, Les Musiciens de Saint-Julien portent un regard musical sur la Beauté barbare des œuvres de Telemann. C’est jeudi 31 août à La Saussaye.

Les Musiciens de Saint-Julien reviennent au répertoire de Georg Philip Telemann (1681-1767), compositeur prolifique. Cette fois, François Lazarevitch s’est penché sur une partie des œuvres qui l’intriguaient par leur saveur « sauvage ». Le musicien, fondateur de l’ensemble normand, s’empare des pièces à la Beauté barbare. « Telemann a effectué un voyage en 1705 en Haute Silésie en Pologne où il a rencontré des musiciens. Il évoque ce moment dans son autobiographie et note : il y a suffisamment d’idées musicales dans toutes ces inspirations pour une vie de compositeur. Il a eu à cœur d’arranger toutes ces mélodies et de les habiller d’un costume italien ».

Ce sont ces pièces qu’interprètent jeudi 31 août à La Saussaye Les Musiciens de Saint-Julien avec Iurie Morar, au cymbalum, Josef Zak, au violon, et Hélène Richaud, au chant lors de ce dernier jour des Musicales de Normandie. François Lazarevitch mêle des danses polonaises et hanaques du livre de Rostosck, des musiques populaires anciennes issues du manuscrit Uhrovska, des mélodies traditionnelles d’Europe de l’Est. 

« Toutes ces musiques créent un répertoire coloré et plein d’énergie » que Les Musiciens de Saint-Julien reprennent avec une certaine liberté. « Mais nous nous amusons avec beaucoup de respect ». Beauté barbare a été imaginé comme un voyage plein de surprises.

Infos pratiques