« Le Manteau de Janis » dans un huis clos à suspense

Photo : Fabienne Rappeneau

Le Manteau de Janis, c’est une rencontre improbable entre un homme sombre et une femme pétillante. Elle est jouée par Philippe Lelièvre et Aurélie Konaté samedi 27 janvier à la Scène 5 à Louviers et vendredi 15 mars au théâtre de Lisieux.

Parmi les pièces de théâtre d’Alain Teulié, Philippe Lelièvre s’est arrêté sur Le Manteau de Janis. « Dès la première page, il s’est passé quelque chose. Je lis beaucoup de textes. Quand on en lit beaucoup, à un moment on ne les lit plus jusqu’au bout. S’il ne s’est rien passé à la 22e page, il ne se passera jamais rien ».

Du suspense, des rebondissements et de l’humour, il y en a dans Le Manteau de Janis. Joseph est un homme handicapé et seul. « Il est paralysé après avoir eu un accident. Il a travaillé dans le monde de la musique. Aujourd’hui, il s’est retiré du jeu. Il est replié sur lui-même ». Face à lui, se trouve Mila, une jeune femme lumineuse, un brin désinvolte, friande de petits boulots, qui se moque bien des règles de grammaire et de conjugaison. « C’est un rôle magnifique pour une femme ». Dans cette histoire, l’un va avoir besoin de l’autre. Joseph confie en effet une mission mystérieuse à Mila.

« Je suis un instinctif »

Philippe Lelièvre signe avec Delphine Piard la mise en scène du Manteau de Janis, présenté le 27 janvier à Louviers et le 15 mars à Lisieux. Il incarne aussi le personnage de Joseph. « J’ai beaucoup hésité parce que je suis assez truculent. Là, je savais que je pourrais pas jouer de la même manière. Je suis attaché au fauteuil pour ne pas bouger. D’ailleurs, de toutes les répétitions, je ne l’ai pas quitté. Joseph, ce n’est pas moi du tout. Même s’il y a toujours une partie de soi lorsque l’on joue. Lui est noir, directif et chiant. Je dois être chiant aussi mais pas au même endroit. Je suis un instinctif. Cela donne toute la puissance d’un rôle. Dès que je m’assois dans le fauteuil, tout change ».

Le Manteau de Janis est un huis clos. Toute l’intrigue se déroule dans l’appartement de Joseph où il n’y a qu’un réfrigérateur et des cartons. « Tout est dans l’interprétation. Dans cette pièce, il y a tout. Sur une échelle de Richter des émotions, on passe par tous les stades », remarque Philippe Lelièvre. Joseph et Mila se dévoilent au fil des scènes, laissent transparaître leurs traits de caractère pour se découvrir dans cette comédie dramatique.

Infos pratiques

  • Samedi 27 janvier à 19 heures à la Scène 5 à Louviers. Tarifs : 25 €, 15 €. Réservation sur www.ville-louviers.fr
  • Vendredi 15 mars à 20h30 au théâtre de Lisieux. Tarifs : de 26 à 13 €. Réservation au 02 31 61 12 13 ou à resa-theatre@agglo-lisieux.fr
  • Durée : 1h20