photo Guy Vivien

photo Guy Vivien

C’est une des programmations qui était attendue avec impatience. Chaque création du Poème harmonique est un véritable régal. Vincent Dumestre, fondateur de l’ensemble, a présenté mercredi 20 janvier les Saisons baroques de la chapelle Corneille à Rouen. La formation est une des sept structures culturelles à faire résonner la musique dans ce lieu magnifique. Au programme : de la musique bien évidemment mais aussi des projets pluridisciplinaires audacieux et des rencontres alléchantes.

 

Un bel écrin. Le Poème harmonique est un ensemble nomade. Même si la structure s’est installée à Sotteville-lès-Rouen et a noué des liens forts avec l’Opéra de Rouen Normandie, elle parcourt le monde pour présenter ses différents projets artistiques. A la chapelle Corneille qui ouvre vendredi 5 février, le Poème harmonique trouve un « lieu parfait » pour des « spectacles de petits formats », pour les créations et la diffusion. Mais pas seulement. « Pour la première fois, je vais travailler sur mes projets et inviter d’autres musiciens. J’ai envie de faire venir à la chapelle Corneille une famille d’artistes. C’est une aventure artistique et aussi humaine ».

 

Cinq saisons. A la chapelle Corneille, Vincent Dumestre a imaginé un projet original avec des temps forts à différentes périodes de l’année. « Il faut éviter les programmations linéaire et privilégier des moments extraordinaires avec des concerts qui s’enchainent, qui commencent tôt et se terminent tard… Cela est à l’image d’un festival qui doit réunir un maximum d’énergie ». Le Poème harmonique donne en 2016 cinq rendez-vous. Outre le concert inaugural, il propose un événement musical en mars. Les Chemins de Pâques sont consacrés aux musiques sacrées. Place à Shakespeare et à Purcell en mai et juin pour goûter à des œuvres anglaises. Après le Concours Corneille en septembre, le Poème harmonique revient sur Le Grand Siècle, La Grâce et Les Sens en novembre avant un Noël de Naples à Madrid. Dans cette programmation, la musique sera très présente. Cependant, « le répertoire du XVIIe siècle ne peut se détacher d’une esthétique globale. La programmation doit être à l’image de la musique de cette époque. Il y aura des liens avec le théâtre, la poésie, la peinture, les arts du cirque… » Vincent Dumestre y ajoute le cinéma et la gastronomie.

 

Le concert inaugural. Pour l’ouverture de la chapelle Corneille, « il fallait un concert représentatif du travail que nous effectuons, une musique qui ressemble au lieu et qui soit en résonance avec lui ». Vincent Dumestre a choisi une œuvre de Monteverdi (1567-1643), « un des plus grands compositeurs baroques ». Monteverdi a connu la gloire et terminé sa carrière au poste très convoité de maître de chapelle à la basilique Saint-Marc à Venise. Pour le concert inaugural, vendredi 5 février, le Poème harmonique interprètera avec le chœur Accentus Selva Morale, une œuvre semblable à « un testament musical. A 70 ans, Monteverdi décide d’imprimer sa musique sacrée ». C’est un recueil de pièces religieuses d’une grande diversité stylistique avec des madrigaux, des motets et des polyphonies.

 

La transmission. C’est la face un peu cachée du travail du Poème harmonique. Pourtant, la transmission a toujours été essentielle pour Vincent Dumestre. Il y a tout d’abord la création de l’école harmonique qui permet un travail de long terme avec les enfants. L’objectif : initier une classe à la musique et à l’apprentissage d’un instrument pendant plusieurs années scolaires. Autre volet : un concours international de musique baroque pour de jeunes musiciens talentueux. Le seul en France qui aura lieu en septembre 2016.