Opus 2, 2001,  kraft peint recto verso et tressé photo Dominique Brossard

Opus 2, 2001,
kraft peint recto verso et tressé
photo Dominique Brossard

Maître dans l’art du tressage, Odon construit un monde où se côtoient L’Exception et le silence, titre de l’exposition qui se tient jusqu’au 27 septembre au centre d’art contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de-Varengeville. Interview.

 

Vous racontez-vous des histoires lorsque vous tressez ?

Non, je ne me raconte pas d’histoire mais je pense lorsque je tresse. Cependant, pour réaliser ce travail, il faut être très concentré parce qu’il ne faut pas mélange les brins. C’est assez difficile.

 

A quoi pensez-vous ?

Quand je tresse, je pense aux femmes du monde entier qui travaillent. Que ce soit au Pérou, en Inde, au Tibet. Je suis en communion avec elle. Tresser est davantage une prière. Plutôt une prière de remerciement. Je suis là, je crée et je réalise des choses tous les jours.

 

Est-ce pour cette raison que vos œuvres invitent au silence ?

C’est vrai, quand le public entre, il est silencieux. Il est aussi beaucoup étonné. Je pense que mes œuvres invitent surtout à la méditation. Elles permettent une intériorisation. Lorsque j’étais enfant, j’aimais bien être seul, resté à la maison. Pourtant j’avais deux frères plus grands que moi, puis une sœur et encore deux frères plus petits que moi. J’ai toujours été calme. C’est mon tempérament. Je tresse en méditant.

 

Est-ce que vous vous sentez en dehors du monde ?

Oui, je suis en dehors du monde. Pour une raison : en 1985, j’ai été déclaré cliniquement mort pendant 15 minutes. Ensuite, j’ai dû tout réapprendre pour vivre. Aujourd’hui, j’ai en effet l’impression de plus faire partie du monde, que ce monde n’a plus d’impact sur moi. Pourtant, je suis sensible aux autres, au bonheur des autres. Plutôt à la tristesse des autres.

 

Où trouvez-vous l’harmonie ?

L’harmonie, je la trouve seulement dans mon travail.

 

  • Jusqu’au 27 septembre, tous les jours, du mercredi au dimanche, de 13 heures à 19 heures, au centre d’art contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de-Varengeville. Entrée libre. Renseignements au 02 35 05 61 73 ou à contact@matmutpourlesarts.fr
  • Lire également La Vie en tressant

 

Visites commentées de l’exposition

  • Les dimanches 23 août, 13 septembre à 15 heures.
  • Visite gratuite

 

Ateliers pour enfants

  • Les samedis 22 août, 12 septembre à 14 heures.
  • Atelier gratuit. Inscription au 02 35 05 61 71.