C’est Oswald Sallaberger qui clôt la saison de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie. Le maestro dirige l’orchestre et l’organiste Michael Schöch jeudi 26 et vendredi 27 juin à l’abbatiale Saint-Ouen.

 

photo Guy Vivien

photo Guy Vivien

« J’ai rêvé de jouer dans ce lieu. Il y a longtemps parce que je n’étais pas encore directeur musical de l’Opéra ». Le rêve est enfin exaucé pour Oswald Sallaberger qui a choisi pour concert des pièces puissantes. Tout d’abord le Concerto pour orgue et orchestre de Francis Poulenc. Le maestro retrouve pour cette pièce Michael Schöch, organiste autrichien et lauréat du concours international ARD de Munich. Les deux artistes se sont rencontrés pour la première fois lors de cette compétition. Depuis, ils ont donné plusieurs concerts ensemble. « Michael respire avec l’orgue. C’est incroyable. Il a un phrasé musical très particulier. De plus, il aime la musique française », confie Oswald Sallaberger.

 

C’est donc un chef-d’œuvre de musique française que partagent le chef, Michael Schöch et l’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie. « Le Concerto est souvent joué dans des églises moyennes. Là, Michael pourra faire sonner toutes les couleurs proposées par Poulenc ». L’orgue de l’abbatiale Saint-Ouen s’avère idéal pour cette pièce musicale, plus connue aux Etats-Unis qu’en France.

 

Avec « une œuvre forte », il fallait « une œuvre très forte ». Oswald Sallaberger a pioché dans le répertoire de Beethoven, un compositeur qui le passionne, et retenu la Troisième Symphonie, Héroïque, une partition « immense. Avec elle, Beethoven clôt une époque et en ouvre une autre ». Il brise les conventions du moment, fait preuve d’inventivité dans l’écriture et multiplie les contrastes. « Cela crée une dynamique très forte jusqu’au bout ».

 

  • Jeudi 26 et vendredi 27 juin à 20 heures à l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen. Tarif : 30 €. Réservation à l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr