« Comme un carnet de voyage »

par | 26 octobre 2014 | Concert

tallisker 2Tallisker au 106 Experience. Tallisker aux Terrasses du jeudi, puis au festival Les Mauvaises Graines à Verneuil-sur-Avre. Tallisker au 106 en première partie d’Emilie Simon. Enfin Tallisker avec un premier EP, Implosion, qui sort lundi 27 octobre. En un an, la jeune musicienne rouennaise a tracé sa route musicale avec une réelle détermination. Projet solo d’Eléonore Chomant, Tallisker présente cinq titres trip-hop, aussi délicats et raffinés que de la dentelle. C’est mouvant, brumeux, mélancolique… Implosion est un régal au début de l’automne.

 

Que représente cet EP ?

C’est l’accomplissement de plusieurs années de travail. C’est aussi une fierté. Ce disque est authentique parce qu’il me ressemble. Il n’aurait pas pu être autrement parce que j’ai fait des choix artistiques très précis et j’ai tout piloté de A à Z. Tout est en accord avec mon univers.

 

Vous avez pourtant dessiné les contours de votre univers dès le début de Tallisker.

Oui, l’univers était là. La version live existe depuis un an. Pour ce travail, il y a quelque chose de différent. Cela a été des heures de réflexion, de modelage. J’ai mis six mois à fouiller cette partie sonore. A cela s’est ajoutée la partie graphique que j’ai confiée à ma cousine. Tout a été fait à la main. Ce EP devait être comme un carnet de voyage. Je n’ai rien bâclé et je suis arrivée où je voulais.

 

 

Vous avez inséré une gravure du XIXe siècle dans cet album. Pourquoi ?

Je suis fan de littérature anglaise. J’aime les vieilles écritures, les atmosphères gothiques. Cette gravure représente une épiphanie. Elle est très sobre. Comme je raconte des états, des sentiments, elle correspond bien à mes chansons. Cette gravure est aussi comme un porte-bonheur. Au dos est écrit : Listen to epiphany qui signifie laissez l’épiphanie venir à vous…

 

Vous avez été très patiente pour mener ce projet.

Je me suis étonnée moi-même. Etudiante, je suis plutôt du genre à réviser quelques heures avant un contrôle. Je ne suis pas une spécialiste de l’anticipation. Là, ce fut tout le contraire. J’ai été très perfectionniste. C’était évident pour moi parce que cet EP va passer entre des mains de personnes qui vont observer, écouter juger… L’enjeu est donc énorme. D’autant qu’Implosion pose la première pierre de la maison. Je vais continuer à construire les pièces au fur et à mesure. C’est beaucoup d’investissement émotionnel et artistique.

 

Pourquoi avez-vous fait le choix de ces 5 titres ?

Ce sont ceux que je maîtrise le mieux. Par ailleurs, les autres sont plus expérimentaux. Il y a donc une cohérence.

 

Pourquoi ce nom, Implosion ?

L’implosion représente pour moi la naissance de quelque chose. Tout cet univers était en moi et il a implosé. La prochaine fois, ce sera peut-être l’explosion.

 

 

  • Mercredi 12 novembre à partir de 19 heures aux Zazimuts à l’hôtel de ville de Rouen avec Sarah W_Papsun, Christine. Entrée libre.
  • Vendredi 28 novembre à L’Avant-Scène à Grand-Couronne. Tarifs : 10 €, 7 €. Réservation au 02 32 11 53 55.

À lire également