Marc Mauillon traverse seul plusieurs siècles de musique avec ce Songline. Le baryton donne ce récital nomade vendredi 6 avril à la chapelle Corneille à Rouen pendant la 4e Saison baroque du Poème harmonique.

photo Philippe Parent

Sa voix est facilement reconnaissable par sa limpidité et sa délicatesse. Depuis plusieurs années, ses choix audacieux l’emmènent dans des répertoires complètement différents. Cette fois, Marc Mauillon, complice de Vincent Dumestre, de Jordi Savall et de William Christie, a décidé de se lancer dans une aventure musicale en solitaire. « En tant qu’auditeur, voir jouer un pianiste ou un violoncelliste seul me touche beaucoup. J’avais envie d’expérimenter cette relation au temps. Seul, vous êtes maître du temps. Quand vous chantez, vous êtes toujours accompagné, c’est extraordinaire et je n’en ai pas marre mais je voulais savoir comment ça faisait ».

Marc Mauillon a constitué un répertoire personnel avec Songline. Et comment ça fait alors de l’interpréter tout seul ? « Lors des concerts, il y a une intense qualité d’écoute. Le fait de chanter seul et a capella attire l’oreille. Il y a aussi un lien très direct avec le public. Au départ, cela a été une source de grande peur. C’est devenu une joie profonde ». Une joie à partager vendredi 6 avril à la chapelle Corneille à Rouen lors de la 4e saison baroque du Poème harmonique.

De Machaut à Aperghis

Songline est inspiré de The Songlines, le livre de Bruce Chatwin qui a retracé les itinéraires chantés des aborigènes australiens. « Pour ce programme, j’avais besoin de trouver un fil rouge, de raconter une histoire, d’avoir un fil reliant les pièces entre elles. J’ai lu divers ouvrages sur les aborigènes, sur la mythologie. Pour eux, le temps ancestral est le temps du rêve. Pendant ce temps, les ancêtres, force créatrice, chantent tout ce qu’ils ont appris. J’ai beaucoup aimé cette idée des aborigènes qui traversaient le désert en se laissant guider par leur voix. L’Australie est, pour moi, un fantasme. Je rêve d’y aller. Je suis sensible à leur manière de vivre en harmonie avec la nature, à leur relation avec le passé, le présent et le futur ».

Songline est l’itinéraire de Marc Mauillon qui a choisi un répertoire éclectique, pioché dans les œuvres de Guillaume de Machaut, Meredith Monk, Georges Aperghis, Philippe Leroux… C’est une traversée de plusieurs siècles de chant, une forme d’hommage à la voix. « Le chant m’accompagne, me guide. Il fait partie de moi ». Le baryton se plaît sur ce chemin monodique, découvert avec les pièces médiévales. « Cela m’a chamboulé, transformé. Une ligne de chant est une œuvre d’art en soi. C’est très beau et il y a aussi un côté ascétique, une quête d’essentiel réjouissante ». Pour être au cœur de l’émotion.

 

 

  • Vendredi 6 avril à 22 heures à la chapelle Corneille à Rouen. Tarifs : de 20 € à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 14 20 93 ou sur www.poemeharmonique.fr