Acte I : la scène se déroule mercredi 11 mai à l’Ariel à Mont-Saint-Aignan. Pour cette seizième édition, le Courtivore, festival de courts métrages, présente huit films dont The Race de Michaël Le Meur.

 

The Race _2C’est un film ambitieux, surtout intrigant avec de fabuleuses images et une bande son entêtante. Dans The Race, son troisième court métrage d’animation projeté mercredi 11 mai lors du premier rendez-vous du Courtivore 2016, Michaël Le Meur présente une frise chronologique pour faire un état des lieux du monde. Et ce n’est pas réjouissant.

 

Dans son propos, le réalisateur va plus loin et montre une humanité prise dans un tourbillon pour satisfaire ses envies et soumise aux mécanismes de l’univers. C’est une fuite en avant et le temps devient l’adversaire de l’Homme. « Le temps fait évoluer la vie. Par notre présence, nous faisons évoluer la vie ».

 

L’histoire de The Race avance au rythme d’un cœur qui bat. Les images défilent avec une figure récurrente, le cercle qui « sert à la compréhension du film », explique Michaël Le Meur. « Il symbolise en fait le cycle de la vie. Dans The Race, j’essaie de développer l’aspect mathématique et physique de la chose, le déterminisme de l’évolution ». Le réalisateur est un passionné de sciences, notamment les travaux d’Albert Einstein. « Tout le monde connaît Einstein. Mais rares sont ceux qui comprennent ses recherches. Il a précisé que notre évolution est déterminée, que tout était écrit. La trajectoire des planètes est déterminée. Il n’y a donc pas de raison que la nature ne le soit pas ».

 

Graphiste 3D, Michaël Le Meur a travaillé pendant plus de 4 ans pour écrire et réaliser The Race, un court métrage de 14 minutes avec 150 plans. « Ce fut très compliqué sur le papier. Je n’étais pas sûr d’aller jusqu’au bout. Dans les films d’animation, à chaque plan, tout est à refaire ». Aujourd’hui, Michaël Le Meur, créateur des effets spéciaux des films de Bruno Collet, Le Jour de gloire et Le Petit Dragon, mène plusieurs projets d’écriture : une série pédagogique et un long métrage.

 

 

 

 

Le Courtivore

  • Mercredi 11 mai à 20 heures : acte I à l’Ariel à Mont-Saint-Aignan
  • Mercredi 18 mai à 20 heures : acte II à l’Ariel à Mont-Saint-Aignan
  • Samedi 21 mai à 20 heures : soirée clips et jeux vidéos au Kalif à Rouen
  • Mercredi 25 mai à 20 heures : acte III à l’Ariel à Mont-Saint-Aignan
  • Mercredi 1er juin à 14 heures : le Courtivore en short à l’Omnia à Rouen
  • Mercredi 1er juin à 20 heures : Ciné-toile au musée des Beaux-Arts à Rouen (gratuit)
  • Vendredi 3 juin à 20 heures : finale à l’Omnia à Rouen

 

Tarifs : 3 €, 8 € le Pass festival.

Programmation complète sur www.courtivore.com

Lire également l’article : 40 courts métrages et 7 soirées