Il y aura trois Nuits de l’alligator au 106 à Rouen. Trois occasions pour découvrir huit jeunes groupes qui font transpirer le blues. Ce sera samedi 2, mardi 19 et mercredi 20 février.

C’est bien connu : l’alligator ressort toujours en février et vient passer quelques nuits dans les salles de concerts en France. Ce sont les 14e Nuits de l’alligator, festival itinérant, qui se déroulent du 31 janvier au 23 février dans onze villes. Elles passeront évidemment par Rouen. Jean-Christophe Aplincourt, directeur du 106, en est un des trois programmateurs avec Stéphane Deschamps des Inrockuptibles et Xavier Decleire de La Maroquinerie à Paris. 

Les Nuits de l’alligator, ce sont des couleurs blues. C’est aussi  toujours « une performance scénique, de la sueur, des moments uniques », promet Jean-Christophe Aplincourt. Cette année, Le 106 accueille en trois Nuits la quasi-totalité de la programmation du festival. Une programmation qui reste éclectique. « Nous sommes fidèles à notre éthique. Le festival revisite un patrimoine qui est à la base assez impur. Le blues est une musique africaine, importée aux États-Unis, métissée avec de la musique indienne. Au départ, il est un sacré mélange. Nous poursuivons cette idée de mélange ».

« Dans une sorte de transe »

Autre particularité : les Nuits de l’alligator se veut un festival de découverte. « Pour nous, c’est véritable challenge. Chaque année, il faut faire ses preuves. Nous voulons faire connaître des artistes incroyables. Les Nuits de l’alligator ont notamment révélé Sarah McCoy, Bror Gunnar Jansson, Har Mar Superstar »

Cette année, ce sont de jeunes artistes qui vont enflammer les Nuits de l’alligator. Tout commence au 106 à Rouen samedi 2 février avec JP Bimeni, un soulman qui a fui le Burundi, Ann O’Aro, Réunionnaise pétillante, Muddy Gurdy avec leur musique aux couleurs du Mississipi. Mardi 19 février, Yak, groupe sauvage, partage la scène avec The Schizophonics, très rock, et Howlin’Jaws, trio aux influences sixties. 

La troisième Nuit sera celle de Handsome Jack qui mêle boogie, soul et rock, et de Cedric Burnside. « J’avais fait venir son grand-père, RL Burnside, il y a une vingtaine d’années à l’Abordage. C’est le concert de ma vie ! Le plaisir a été immense. On est entré dans une sorte de transe vaudou. Burnside était habillé comme un pompiste. Son isolationnisme l’avait rendu singulier. Il y avait une économie de geste. C’était un alligator ». Cedric Burnside était alors le batteur. Le voilà guitariste et sur le devant de la scène avec un blues hypnotique.

Les Nuits de l’alligator

  • Samedi 2 février à 20h30 : JP Bimeni & The Black Belts, Ann O’Aro, Muddy Gurdy. Tarifs : de 20,50 à 5 €
  • Mardi 19 février à 19h30 : Yak, The Schizophonics, Howlin’Jaws. Tarifs : de 20,50 à 5 €
  • Mercredi 20 février à 20 heures : Cedric Burnside, Handsome Jack. Tarifs : de 16,50 à 4 €
  • Concerts au 106 à Rouen
  • Réservation au 02 32 10 88 60 ou sur www.le106.com