Henry Purcell est au cœur de cette nouvelle création de La Rêveuse. L’ensemble ouvre une page méconnue, mais magnifique, du répertoire du compositeur anglais, les Devotional Songs. A écouter dimanche 14 août en l’église Saint-Étienne à Fécamp lors des Musicales de Normandie.

 

ensemblelareveuseLes créations de La Rêveuse sont toujours une belle réussite. L’ensemble de Florence Bolton et Benjamin Perrot offre des interprétations délicates et renouvelle un regard sur la musique. Cette fois-ci, il propose les Devotional Songs de Henry Purcell (1959-1695). Un programme qui reste jusqu’alors peu exploité. Pourtant, « c’est du magnifique Purcell », remarque la musicienne.

 

Peu exploitées parce que les Devotional Songs étaient « un peu éparpillées. On les trouve par-ci, par-là. Il a tout d’abord fallu les rassembler ». Le concert et l’album de La Rêveuse constituent ainsi une première compilation de ces pièces. Il y a une autre raison : les Devotional Songs sont très difficiles à interpréter et « demandent des tessitures de voix très particulières ». La Rêveuse réunit trois grands chanteurs, Geoffroy Buffière, basse, Jeffrey Thomson et Romain Bockler, ténors.

 

Autour de ces œuvres « aux harmonies inattendues » que joue La Rêveuse dimanche 14 août à Fécamp lors des Musicales de Normandie, il y a beaucoup de mystère. Encore aujourd’hui, « on ne sait pas pour qui Purcell les a écrites », remarque Florence Bolton. « Le plus souvent, ce genre de pièces sont pour la dévotion privée à la maison, donc des psaumes simples qui peuvent être chantés par tout le monde. Ce n’est pas le cas pour les Devotional Songs. Peut-être ont-elles fait l’objet d’une commande pour des chanteurs de la cour ? ».

 

Néanmoins, les Devotional Songs sont de profondes méditations sur la fragilité humaine qui évoquent les angoisses, les doutes, les douleurs, la compassion et aussi la mort. Un thème récurrent dans les pièces de Purcell. « Il l’a côtoyée très tôt parce qu’il a perdu son père quand il était enfant, puis ses maîtres de musique, quatre de ses enfants en bas âge. Même si ce sont des œuvres de jeunesse, elles sont étrangement très matures », explique Florence Bolton. De ces Devotional Songs, très touchantes, surgit une certaine lumière. « A cette époque, les gens étaient très croyants et vont chercher l’espoir dans l’au-delà ».

 

 

  • Dimanche 14 août à 17 heures en l’église Saint-Étienne à Fécamp. Tarifs : 15 €, 12 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Réservation au 09 53 23 27 58 ou sur www.musicales-normandie.com