C’est une pièce contemporaine que propose mardi 25 et jeudi 27 avril l’Opéra de Rouen Normandie. Pièce contemporaine, Quartett de Luca Francesconi raconte la liaison douloureuse entre deux amants dans une ambiance de fin du monde. Gagnez vos places en écrivant à relikto.contact@gmail.com

« Dans une saison sur le libertinage, c’est une œuvre incontournable », Frédéric Roels, directeur de l’Opéra de Rouen Normandie, a programmé les 25 et 27 avril Quartett de Luca Francesconi, auteur du livret et de la partition. Pour cet opéra de chambre, joué la première fois à la Scala de Milan le 26 avril 2011, l’artiste italien a rédigé son texte d’après celui de Heiner Müller, publié en 1980, qui s’est librement inspiré des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, paru en 1782.

Dans Quartett, il est question d’amour. Seulement d’un amour qui ne doit pas exister mais qui laisse néanmoins des traces indélébiles et douloureuses. La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont se lancent dans un déchirant combat à coups de mots acérés et étreintes violentes. Le langage et le sexe sont en effet leurs armes dans cette joute amoureuse. A chacun sa tactique. Et les deux protagonistes sont impitoyables.

Le metteur en scène, John Fulljames, met en miroir la relation de ce couple avec la situation de la société contemporaine en pleine décadence. C’est dans une ambiance apocalyptique que se joue Quartett, interprété par l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, dirigé par Patrick Davin. « Nous sommes dans la dernière étape avant la fin du monde. Les propos de la pièce sont très pertinents là-dessus. Depuis 1980, nous nous rapprochons de ce moment. La guerre en Syrie a commencé. Nous ne sommes pas loin d’une nouvelle guerre mondiale. Tout cela est de plus en plus crédible », explique Richard Jones, assistant à la mise en scène.

A cet univers visuel de fin du monde, John Fulljames ajoute une atmosphère sonore singulière avec un premier orchestre de chambre qui joue en live aux côtés des deux chanteurs, Robin Adams et Adrian Angelico, et un second, préenregistré. Deux formations pour « dessiner une frontière entre le réel et la fiction. Il faut prendre en compte la part d’abstraction que contient cette œuvre », remarque Richard Jones. Deux formations également pour mettre en miroir la vie en déclin dans la société et la pensée des deux personnages.

 

  • Mardi 25 et jeudi 27 avril à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : de 46 à 10 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr