Départs est une quête de l’amour pour deux amis qui ne sont pas les plus chanceux. Ce nouveau spectacle du collectif Bajour est créé du 7 au 10 novembre au Théâtre des Bains-Douches au Havre avec Le Volcan.

photo Luc Jacquin

Trois hommes. Deux amis ont décidé de partir. Leur but ? Trouver l’amour. Aujourd’hui, ils n’ont plus le choix puisqu’il n’y a plus de femmes dans leur ville natale. Pour eux, c’est un départ vers l’inconnu. Or, au moment de prendre la route, leur voiture tombe en panne. Là, les deux hommes croisent un vagabond. Lui aussi en pleine quête. Celle de l’autre. Les trois compères vont tenter ensemble de parvenir à leur fin, de découvrir l’indispensable, l’autre et aussi eux-mêmes. Même si tout semble compromis. D’autant qu’ils finiront par s’entretuer. C’est l’histoire de Départs, imaginée par le collectif Bajour et créée du 7 au 10 novembre au théâtre des Bains-Douches au Havre.

Des anti-héros. Ces hommes ne sont pas vraiment nés sous la bonne étoile. Jusqu’à présent, tout ce qu’ils ont pu entreprendre a échoué. Les pannes se sont en effet multipliés dans leur vie. Comme si la fatalité s’acharnait sur eux. Dans leur quête, le poids du passé pèse très lourd. Les trois personnages sont enfermés dans leur mélancolie, leur nostalgie, dans des regrets, dans une profonde tristesse et dans un fantasme amoureuse. Leur rencontre permet une confrontation de trois versions de l’amour, fatalement erronée parce qu’ils n’ont pas connu ce sentiment.

Depuis Situ. Le collectif Bajour a entamé ce travail sur Départs lors de la première édition de Situ en 2016 à Veules-les-Roses. « Nous sommes arrivés au festival avec déjà cette idée de réunir trois hommes à la recherche de l’amour dont l’histoire se terminerait mal », se souvient Leslie Bernard. Le titre de cette pièce, Départs, est un clin d’œil à la création de ce nouvel événement culturel et aussi un écho au processus de création. 

Une écriture collective. Départs est le fruit d’une écriture collective, d’improvisations sur des situations. La Divine Comédie de Dante a aussi été « une source d’inspiration » pour Leslie Bernard et Matthias Jacquin. Le collectif Bajour interroge dans cette création la notion de récit en superposant deux temps et deux mondes, le réel et l’imaginaire. Le théâtre devient cinéma et se mêle à la chanson. « Le chant tient une part importante dans notre travail. C’est l’endroit de l’indicible, du sacré ». Mais là, pas de musique, seulement le chant des comédiens pour interpréter des pièces de Bach, de Purcell, du negro-spiritual.

 

Infos pratiques

  • Mercredi 7, jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 novembre à 20 heures au théâtre des Bains-Douches au Havre. 
  • Tarifs : de 18 à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture. 
  • Réservation au 02 35 19 10 20 ou sur www.levolcan.com