photo Patrice Normand

photo Patrice Normand

Lire fut une véritable aventure pour Agnès Desarthe. Dans Comment j’ai appris à lire, elle raconte avec humour cet apprentissage qui n’a pas été aisé, cette traversée dans les mots jusqu’à devenir écrivain. Agnès Desarthe lit vendredi 23 mai à Routot lors de Terres de Paroles des extraits de cet ouvrage rempli de souvenirs.

 

 

 

 

Vous aimez désormais la lecture silencieuse. Et la lecture à voix haute ?

J’aime beaucoup lire. C’est une manière de donner la meilleure image d’un livre. C’est comme un jeu de questions-réponses. C’est honnête, sans séduction, très impliquant. Il y a une présence qui joue, qui donne une voix et un corps. Je préfère lire mes livres. Quand d’autres personnes le font, je ne reconnais pas ce que j’ai écrit. Le texte appartient à celui qui le lit. Cela crée un double.

 

Est-ce aussi un bonbon, comme vous l’écrivez ?

Oui, c’est un plaisir sensuel. Il y a le goût des mots que l’on sent différemment.

 

Comment préparez-vous une lecture ?

Je lis plusieurs passages du livre qui permettent de comprendre son architecture et le parcours. Je prépare un découpage. Parfois, il m’arrive de changer au dernier moment. Tout dépend de l’écoute de la salle, de la manière dont je sens la chose. Une part est laissée à l’improvisation. Il m’arrive de parler pour introduire le passage que je vais lire. Tout cela reste assez intime et convivial.

 

Enfant, vous n’aimiez pas lire mais aimiez-vous que l’on vous raconte des histoires ?

Je vivais dans une famille où la tradition orale était forte. Il y avait beaucoup de conteurs amateurs, donc des séances impromptues. Ecouter une histoire faisait partie du déroulement de la journée. Comme aller à l’école, prendre le goûter.

 

A quoi étiez-vous sensible ?

J’étais sensible à la musique des mots. J’étais aussi suspendue au récit. C’est toute la magie de la mise en perspective. Vous êtes dans l’histoire. Et j’étais très prompte à me catapulter.

 

  • Lecture de Comment j’ai appris à lire de par Agnès Desarthe vendredi 23 mai à 20h30 à la salle des fêtes de Routot. Tarif : 5 €. Réservation au 02 32 10 87 07.
  • Rencontre avec Agnès Desarthe et Dany Laferrière sur le thème Les Coulisses de l’écriture vendredi 23 mai à 21h15 à la salle des fêtes à Routot.
  • Lecture du Poulet fermier d’Agnès Desarthe par Marie-Hélène Garnier samedi 24 mai à 11 heures à la médiathèque Paumier à Routot. Tarif : 5 €. Réservation au 02 32 10 87 07.