Il reste deux représentations de La Cenerentola à l’Opéra de Rouen Haute-Normandie. Carlos Natale, ténor de la Compagnie, joue Don Ramiro, un prince très en retenue dans ses colères et dans son amour pour Angelina.

 

photo Jean Pouget

photo Jean Pouget

Pour préparer un opéra de Mozart, deux mois lui suffisent. En revanche, pour être prêt lors des répétitions de La Cenerentola, en décembre dernier, Carlos Natale avait commencé à travailler il y a un an. Dans cet opéra de Rossini, le ténor de la Compagnie de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie joue le rôle de Don Ramiro, le prince qui tombe amoureux d’Angelina.

Un an parce que « la ligne mélodique est complexe et très délicate. Le prince chante beaucoup et Rossini a écrit pour un ténor lyrique et un ténor léger. Il faut aller dans les aigus et dans les graves. Pour tenir le rôle de ce beau personnage, comme celui d’Ernesto dans Don Pasquale de Donizetti, le corps a besoin de maturation ».

Interpréter Don Ramiro faisait partie des rêves de Carlos Natale. « Pour moi, c’est à la fois un rôle important et un défi. Je m’amuse. C’est mon côté comédien. Et je porte un texte extraordinaire. Il y a beaucoup de subtilités dans l’écriture, beaucoup de jeux de mots et un sens caché dans les phrases ».

 

Encore une saison

Si les chanteurs de La Compagnie restent deux saisons, Carlos Natale, arrivé en 2013, poursuit l’aventure avec l’Opéra de Rouen Haute-Normandie. « J’aime le climat de cette maison. Lorsque j’ai découvert le programme de cette saison, je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de choses pour moi. De plus, les chanteurs sont des êtres solitaires, c’est très agréable de se sentir soutenu. Surtout lorsque l’on est loin de sa famille ».

Carlos Natale est un travailleur. Au fil des représentations, le ténor a montré une plus grande maîtrise de sa voix et une assurance dans le jeu. « La pratique du plateau permet d’effacer l’angoisse. Tout comme le contact avec le public et le travail avec mon chef de chant. C’est important pour moi. J’ai encore besoin de grandir d’un point de vue vocal, d’expérimenter d’autres répertoires ».

Prochain rendez-vous avec Carlos Natale : les Contes de la lune vague après la pluie, un opéra de chambre de Xavier Dayer adapté du scénario du film de Mizoguchi. Il joue les 20 et 21 mars le rôle de Tobe qui rêve de devenir samouraï.

Carlos Natale retrouve en mai un répertoire qu’il connaît très bien : le tango. « Mon père avait un orchestre de tango. A 4 ans, je chantais au sein de cette formation. Quand j’ai commencé à aborder le répertoire lyrique, j’ai arrêté de le chanter. Ce n’était pas trop compatible. J’aime beaucoup le tango, ses sonorités un peu mélancoliques, nostalgiques. Dans les textes, c’est différent. C’est très macho ». Mardi 26 mai, il interprète des pièces d’Astor Piazzolla.

 

  • Jeudi 22 et samedi 24 janvier à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : de 68 à 10 €. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr
  • Lire l’article sur La Cenerentola