Il est bon parfois de rappeler quelques vérités. La Troupe du pompon revient sur la lente évolution de la condition des femmes dans Et pendant ce temps, Simone veille ! qu’elle joue mardi 17 mai en ouverture du festival de l’humour à Juliobona à Lillebonne.

 

simone« Nous avons réussies à avoir certains droits. Mais c’est tout récent. Cela fait seulement 50 ans que nous constatons des avancées. Aujourd’hui, si on ne fait pas attention, on va repartir dans l’autre sens ». Pour alerter, Vanina Sicurani avec Dominique Mérot, Nathalie Portal et Hélène Serres reviennent sur les luttes féministes dans un spectacle Et pendant ce temps, Simone veille !, joué mardi 17 mai à Juliobona à Lillebonne.

 

Simone, c’est Simone de Beauvoir, Simone Veil, Simone Weil et toutes ces femmes qui se sont battues pour faire évoluer la condition féminine en France. Retour sur cinquante années de combat sans arrière-pensées, sans colère, sans militantisme agressif. Elles ont préféré le rire parce qu’il « déclenche la réflexion. Si nous avions été sérieuses, on nous aurait prises pour des chiennes de garde ».

 

 

 

Et pendant ce temps, Simone veille ! raconte le parcours de trois femmes, une bourgeoise, une femme au foyer et une ouvrière. Dans les années 1950, après avoir travaillé pendant la Seconde Guerre mondiale, elles se retrouvent sur un banc dans un parc et parlent de leur quotidien. Le soleil ne brille pas beaucoup dans leur vie. La première qui a géré avec brio l’entreprise familiale pendant la guerre se voit déposséder de ses pouvoirs après le retour de son frère. La deuxième n’a pas eu le choix. Elle a dû laisser son travail aux hommes et n’a pas d’autres choix que de se contenter de son nouveau robot de cuisine. Quant à la troisième, elle ne fait que subir. Vingt ans plus tard, ce sont leur fille qui prend la parole. Puis leur petite-fille. Puis leur arrière-petite-fille. Au fil des années, les préoccupations évoluent. Tout comme les désirs et les ambitions. Et pendant ce temps, Simone veille ! Parce qu’il faut rester vigilant.

 

  • Mardi 17 mai à 20h30 à Juliobona à Lillebonne. Tarifs : 19 €, 16 €. Réservation au 02 35 38 51 88 ou sur www.juliobona.fr