C’est un jeu en plusieurs étapes. Vous en voulez de la Française de comptages est un tournage en direct et en public d’une émission caustique. Après une résidence à l’Atelier 231, la compagnie revient samedi 1er juillet à Sotteville-lès-Rouen avec ce spectacle décapant au festival Viva Cité.

Pour cette nouvelle création, le spectateur devra avoir entre les mains son téléphone et flasher le QRCode imprimé sur le programme. Avec la Française de comptages, le public est toujours muni d’un accessoire – il y a eu un journal, un roman-photo dans les pièces précédentes. « Nous jouons dans la rue. Il faut obligatoirement embarquer les gens », remarque Benoît Efnaïm. Dans Vous en voulez, présenté samedi 1er juillet au festival Viva Cité, le spectateur sera régulièrement sollicité. Il devient ainsi une des pièces maîtresses d’un jeu télévisé tourné en direct. Un jeu quelque peu pervers et démagogique.

Vous en voulez est un regard critique sur la société actuelle, sur la manière dont la télévision s’est immiscée de manière très intrusive dans la vie de chacun, sur la consommation d’images et d’émotions. Benoît Efnaïm n’est pas un grand fan des programmes télévisés. « Je ne regarde plus la télévision depuis les années 1990. Si par hasard, je tombe sur des émissions dans un bar, je suis stupéfait. C’est une agression permanente dans le ton, les couleurs, les lumières, les musiques. Tout est du mauvais goût et cela a un effet fascinant ». Benoît Efnaïm s’est aussi inspiré de l’expérience scientifique de Stanley Milgram qui a cherché à comprendre comme une personne peut être amenée à effectuer un geste contraire à ses valeurs, juste parce qu’il est soumis à l’autorité.

Vous en voulez emmène dans l’univers du divertissement trop complaisant. Le spectateur est celui de cette émission dans laquelle il est invité à voter. Ce sont les réseaux sociaux qui déterminent la vie des habitants de ce monde imaginaire. Là, plus vous êtes riches et influents, plus vous pouvez boire du café de bonne qualité et vous loger dans des appartements confortables. Un personnage, un peu rétif, à toutes ces plateformes va faire les frais de ses opinions radicales. Il va ainsi se retrouver dans la position d’un cobaye. Au public de décider s’il mérite d’être torturé ou pas.

  • Samedi 1er juillet à 22h45 place Voltaire à Sotteville-lès-Rouen. Spectacle gratuit.
  • Programmation de Viva Cité sur www.atelier231.fr