Mars rime avec Les Pluriels. Le festival itinérant et plurisdisciplinaire se tient du 18 au 21 mars à Rouen et Mont-Saint-Aignan. Quatre jours pour découvrir le regard d’une équipe d’étudiants sur la création contemporaine.

Juste quatre mois

L’exercice n’est pas simple mais très formateur. Dans le cadre de leurs études, les étudiants des Métiers de la médiation par les approches culturelles et artistiques de l’Université de Rouen ont pour mission d’organiser un festival pluridisciplinaire. Et ce, en seulement quatre mois. « C’est une expérience très enrichissante. Il a tout d’abord fallu apprendre à se connaître. Au début de l’année universitaire, nous ne nous connaissions. C’est indispensable pour pouvoir construire quelque chose ensemble. D’autant que nous venons d’univers différents et avons chacun notre personnalité. Nous sommes partis de zéro. C’est comme si nous devions construire une maison, des fondations jusqu’au toit, tout en suivant les cours et passant nos examens. Nous entrons désormais dans une période où le stress commence à monter. Nous avons envie de réussir », confie Valentin.

Ils sont « Déchainés »

Pour le festival qui se déroule du 18 au 21 mars, les 27 étudiants ont lié un jour à une ville. Ce sera à Mont-Saint-Aignan les deux premiers jours, puis à Rouen, sur la rive droite et, enfin, sur la rive gauche. Ils ont voulu ces 23e Pluriels « Déchainés ». « Pour nous, cela renvoie à la nécessité et la volonté de se libérer politiquement, socialement, psychologiquement. C’est le fruit d’une réflexion collective. Il y a eu beaucoup d’idées. Nous voulons amener à une certaine folie », explique Valentin. C’est une thématique qui traverse toute la programmation des Pluriels. La 23e édition des Pluriels devrait alors faire des vagues, comme le montre l’affiche.

De l’éclectisme

Du théâtre, de la musique, de la danse, des performances, du cirque, de la photographie… Une fois, Les Pluriels restent éclectiques et s’ouvrent à la création régionale. Bernard Chandelle dresse le portrait des personnes qui investissent l’espace public. La compagnie El Nucleo présente un solo acrobatique, Inquiétude, et leur nouveau spectacle, Éternels Idiots. Quant à Ambroise Pontiac, il prévoit un Attentat artistique. David Kartveli rend un hommage à son grand-père qui ne peut plus marcher seul. Dominique Boivin revient sur sa carrière dans un Road Movie passionnant. Les douze Travelos d’Hercule vient faire leur cabaret déjanté. De la musique avec Modern Men, Glitter Pass et Touchdown, très garage punk, Tallisker  post-folk aux couleurs orientales, et Periods avec leur pop énervée.

Infos pratiques

  • Du 18 au 21 mars à Rouen et à Mont-Saint-Aignan
  • Programmation complète sur www.lespluriels.com