L’équipe de L’Étincelle présente la nouvelle saison vendredi 20 septembre au conservatoire puis à la chapelle Saint-Louis à Rouen en présence notamment de l’artiste compagnon, Yann Dacosta, metteur en scène du Chat Foin. En voilà quelques grandes lignes.

Une thématique

Face au monde : c’est le thème de cette saison de L’Étincelle avec une affiche dévoilant un homme d’allure solide qui se prend en plein visage une bassine d’eau. Comme pour montrer que personne n’est à l’abri des affres de la société. Il y a les catastrophes écologiques dans Séisme du Théâtre du Prisme, la liberté malgré la violence dans Feu de La Vouivre, la vie après un échec dans Le Syndrome du banc de touche de Léa Girardet, la solitude dans Le Mensonge du singe de la Compagnie du Phoenix, le racisme dans Pièce en plastique des Messagers, la cruauté dans McBeth-Fatum du théâtres des Crescite… Des regards sans concession qui alternent avec la puissance de la musique gitane de Titi Robin, l’élégance du Shai Maestro trio, l’émotion de The Como Mamas, la sensibilité de Raphaël Imbert…

En collaboration

En novembre 2019, L’Étincelle se joint une nouvelle fois à deux festivals. Le premier, Chants d’elles, pour entendre une « Afrique étincelante », avec Oum et Sona Jobarteh, et des voix bulgares, une chorale de femmes qui interprète les légendes de terres lointaines. Avec Art et Déchirure, L’Étincelle accueille Gustavo Giacosa et Fausto Ferraiuolo. Les deux artistes italiens mettent en lumière l’œuvre de Nannetti (1927-1994), gravée sur les murs de la cour de l’hôpital psychiatrique de Volterra en Toscane. La compagnie Ginko raconte l’histoire d’un homme, tombé d’un toit, puis dans la folie. La troisième proposition avec le festival est une performance d’Angelo Bison dans L’Avenir dure longtemps. Le comédien est Louis Althusser, un philosophe, atteint de démence, qui a étranglé sa femme et désire un procès.

Des temps forts

Pas de changement dans l’accompagnement et le soutien aux compagnies régionales. Les Esquisses se déroulent tout au long de cette saison. C’est un moment privilégié pour présenter un travail en cours devant le public et les professionnels. À ces rendez-vous s’ajoute désormais un festival avec le réseau CHAR constitué avec la Cité Théâtre de Caen et le théâtre des Bains-Douches au Havre. Toute Première Fois se déroule du 15 au 19 février à la chapelle Saint-Louis. Ce sont cinq jours pour découvrir les premières créations de compagnies normandes. L’Averse joue Voyagers, l’histoire de deux astrophysiciens, d’une adolescente amoureuse et d’un vétéran égaré. Le Mobius Ring trio s’inscrit dans une tradition tradition jazz. Quant au collectif Asymptomatique, il pourrait bien Finir chèvre. Le Poney évoque la disparition dans Rift. Enfin, Jolie Carcasse s’empare du texte de Dennis Kelly, Debris. Autre rendez-vous : C’est (bien) fait pour toi réunit une série de spectacles pour le jeune public. La compagnie étantdonné présente sa nouvelle pièce, Tchatche. Le Chat Foin reprend La Hchouma et Les nuits vertes, Bouboule et Quatzieux.

Infos pratiques

  • Présentation de saison vendredi 20 septembre à 19 heures au conservatoire de Rouen. Gratuit. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • After à la chapelle Saint-Louis à Rouen avec Yann Dacosta, metteur en scène, la Presque Compagnie, et les musiciens, Clément Landais et Frédéric Jouhannet.
  • Programmation complète sur www.letincelle-rouen.fr