Première monographie de Camille Moreau-Nélaton

par | 10 août 2020 | Exposition, Normandie Impressionniste

Elle a été l’une des meilleures céramistes de son temps. Camille Moreau-Nélaton a créé des pièces  de grande qualité et dans un style très personnel. Le musée de la Céramique à Rouen lui consacre une exposition, Camille Moreau-Nélaton, une femme céramiste au temps des impressionnistes, jusqu’au 15 novembre pendant Normandie impressionniste. Une telle monographie n’a pas eu lieu depuis 1899 et elle avait été préparée par son fils.

Une famille d’artiste

Camille Nélaton (1840-1897) a eu un père chirurgien et sénateur et un oncle peintre. Son mariage en 1858 avec Adolphe Moreau, haut-fonctionnaire, lui permet d’entre dans une famille de collectionneurs, passionnée de peinture. Son oncle Jules Nélaton est son premier maître à dessiner et Auguste Bonheur que choisit son mari, le second. Camille Moreau-Nélaton commence par la peinture avant de se lancer dans la céramique. Comme elle n’avait pas besoin de vendre, elle a pu développer son art comme elle le souhaitait. Cependant, elle ne considérait pas ses créations comme une activité d’agréments ou un loisir. Elle a consacré sa vie à l’art et à sa famille. Elle a eu un fils, Étienne Moreau-Nélaton, artiste, historien et collectionneur des peintres impressionnistes. Elle meurt de manière tragique le 4 mai 1897 lors de l’incendie du Bazar de la Charité à paris en compagnie de sa belle-fille, Edmée Braun.

Une technique singulière

Même si ce ne fut pas simple, Camille Moreau-Nélaton a été reconnue de son vivant par ses pairs après un succès à l’exposition universelle en 1878. Cette femme moderne, à la personnalité attachante, a illustré diverses pièces de fleurs, d’oiseaux, de poissons dans un style proche du japonisme. Marquée par le travail de Félix Bracquemond et du céramiste Théodore Deck, elle va effectuer diverses recherches sur le traitement des émaux et de la couleur et utiliser la technique de la barbotine, propre aux céramiques impressionnistes. Pour cela, elle confiera ses pièces aux fours Laurin à Bourg-La-Reine. Camille Moreau-Nélaton a laissé une œuvre éclectique dans  une large gamme de couleurs aujourd’hui dispersée dans plusieurs collections.

Infos pratiques

  • Jusqu’au 15 novembre, tous les jours, sauf le mardi, de 14 heures à 18 heures, au musée de la Céramique à Rouen. 
  • Entrée : 11 €, 8 €.
  • Renseignements au 02 35 07 31 74 ou sur www.museedelaceramique.fr

À lire également

efficitur. elementum facilisis commodo dolor Praesent libero. sem,