Le compositeur rouennais Thierry Pécou s’est à nouveau inspiré des rites des Indiens navajos pour écrire Nahasdzáán, un oratorio dansé interprété par l’ensemble Variances et mis en scène par Luc Petton. La pièce est créée mardi 23 et jeudi 25 avril à l’Opéra de Rouen Normandie et jeudi 2 mai au théâtre de Caen. Gagnez vos places !.

La musique de Thierry Pécou est empreinte de ses voyages, de ses rencontres, de ses confrontations aux diverses traditions et cultures. Tant d’influences qui lui donnent ce côté si universel. Depuis quelques années, le compositeur rouennais s’intéresse aux rites des Indiens Navajos du sud-ouest des États-Unis, notamment à leur hozho, un terme intraduisible qui mêle la notion de beauté, de santé et d’harmonie. Les pratiques de guérison des Indiens Navajos sont uniques. Elles ne se focalisent pas sur les symptômes d’une maladie mais sur une personne dans sa globalité. D’où les cérémonies collectives, les Voies de la beauté, menées par l’homme-médecine avec des chants, des prières et le soutien indispensable de l’entourage du malade. Jusqu’à retrouver un équilibre harmonieux dans la communauté lors de cet acte spirituel. 

En 2017, le compositeur rouennais est allé sur les terres des Indiens Navajos. « Cela m’a permis de sentir les lieux, la géographie, la terre, les paysages désertiques et rocailleux, leur philosophie. Pour eux, la nature n’est pas une chose intérieure. Ils en sont une partie intégrante. Comme les végétaux, les minéraux, les animaux. Tous ont une âme. Comme toute chose a une vie, elle a le droit à un respect. Les Indiens Navajos ont ainsi un réel respect pour la nature ».

Thierry Pécou

Jusqu’au monde scintillant

Thierry Pécou a écrit Nahasdzáán, comme « un prolongement » à Femme changeante, une cantate des 4 Montagnes jouée en novembre 2016 à la chapelle Corneille à Rouen. Et ce avec la poétesse navajo Laura Tore. Nahasdzáán revient sur l’histoire sacrée de ce peuple américain. Un récit en quatre parties qui décrit quatre mondes avec des couleurs différentes, le noir, le bleu, le jaune et le blanc. Le premier est celui des insectes, très sombre. Le deuxième, peuplé d’oiseaux, voit apparaître l’homme et la femme. Le troisième s’organise en communauté et accueille la Femme changeante, divinité principale des Navajos. Le quatrième monde est celui de l’humanité dans sa forme actuelle avant d’atteindre le Nahasdzáán, le monde scintillant. Pour en arriver là, il faudra que les fils jumeaux de Femme changeante, guidés par leur grand-mère, Femme Araignée, parviennent à se procurer auprès de leur père, le Soleil, les armes pour exterminer les monstres.

Nahasdzáán est un message poétique empreint d’humanité. « C’est une prière qui s’inscrit dans ma veine musicale, inspirée des traditions des Indiens Navajos. Dans cette pièce, je cherche les grands espaces et aussi l’intimité de leur cérémonie ». Elle sera créée mardi 23 et jeudi 25 avril à l’Opéra de Rouen Normandie. Sur le plateau, se retrouveront les sept musiciens de l’ensemble Variances dont Thierry Pécou, les interprètes, Christine Finn, Noa Frenkel, John Taylor Ward et Oliver Brignall, les danseuses, Alexandra Blondeau et Aurore Godfroy, un loup, un aigle, un corbeau. Tous mis en scène par Luc Petton qui fait dialoguer danseurs et animaux dans toutes ses créations.

Infos pratiques

  • Mardi 23 et jeudi 25 avril à 20 heures à l’Opéra de Rouen Normandie.
  • Tarifs : de 32 à 10 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr
  • Jeudi 2 mai à 20 heures au Théâtre de Caen. Tarifs : de 25 € à 8 €. Réservation au 02 31 30 48 00 ou sur www.theatre.caen.fr

Relikto vous fait gagner des places

  • Gagnez vos places pour les représentations des 23 et 25 avril à l’Opéra de Rouen.
  • Pour participer au concours : likez la page Facebook, partagez l’article et écrivez à relikto.contact@gmail.com