Le collectif Ubique revient au conte. Après Hansel et Gretel, le trio met en scène La Belle au bois dormant. Une version singulière à découvrir jeudi 21 novembre au Piaf à Bernay.

De La Belle au bois dormant, on connaît la version des frères Grimm, reprise par Disney en 1959. À la naissance de la princesse Aurore, les bonnes fées se penchent sur le berceau de la fillette pour lui offrir un don. Sauf une ! La méchante fée s’est mise en colère parce qu’elle n’a pas été invitée au baptême. Elle lui jettera alors un sort : à l’âge de 15 ans, Aurore se piquera sur le rouet et mourra. Heureusement, une des bonnes marraines a pu intervenir à temps. La princesse ne mourra pas mais dormira pendant cent ans. Jusqu’à un beau prince vienne la réveiller avec un baiser.

Le collectif Ubique a préféré l’imaginaire de Perrault. « Nous n’avions pas envie d’un personnage passif », remarque Simon Waddell. L’histoire de La Belle au bois dormant ne se termine pas par un baiser. Il y aura bien un mariage mais pas si paisible et aussi deux enfants. Trois événements que le prince tient à cacher à sa mère car elle est une ogresse. À la mort de son père, il se résout à présenter sa famille à la reine-mère qui voit là trois plats savoureux…

En musique

Audrey Daoudal, Vivien Simon et Simon Waddell ont réécrit l’histoire en conservant sa trame pour la raconter ensemble. Ils se moquent des fées. Elles, si brillantes, vont parvenir à rater quelques tours de magie. Ils font du prince, « un homme timide, maladroit », et de la princesse, « un personnage intrépide, curieux qui a envie de faire des erreurs ».

La musique, interprétée à trois au violon, théorbe, guitare baroque, cornemuse, bodhran ou bâton de pluie, devient l’élément de décor sonore, dessine un univers et crée des ambiances à ce récit pas si joyeux.

Infos pratiques

  • Jeudi 21 novembre à 20 heures au Piaf à Bernay.
  • Spectacle tout public à partir de 6 ans
  • Tarifs : 5 €.
  • Réservation au 02 32 46 64 47 ou à billetterie.piaf@bernay27.fr