Philippe Tailleux joue régulièrement au CHU de Rouen Imprégné de ces moments exceptionnels, le compositeur a écrit Temps suspendus n°4 qui est créé samedi 7 février au Théâtre des Arts par l’orchestre du conservatoire de Rouen.

 

Frédéric Carnuccini

Frédéric Carnuccini

Depuis quatre ans, les musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie viennent jouer au CHU de Rouen. Philippe Tailleux et les élèves du conservatoire de Rouen également. « Il est important que les étudiants aient un aperçu d’autres interventions », remarque le directeur des études. Régulièrement, le flûtiste et compositeur joue dans le service des soins palliatifs, dans le couloir ou dans les chambres. « Tout est différent d’une semaine à une autre. Il faut se laisser surprendre par les rencontres, par les envies ou le manque d’envie des patients ».

 

Pendant ces concerts, il faut gérer les émotions. « Nous ne sommes pas forcément bien préparer. Lorsque l’on se retrouve dans les chambres, les patients peuvent livrer des choses intimes de leur existence. Il faut avoir en tête que la musique leur fait du bien. Elle leur rappelle des souvenirs, ravive des images et ils se laissent emporter par le phrasé musical, par les tempi. La musique sert de vecteur à leurs émotions. Et tout le côté émotionnel est suspendu ».

 

Temps suspendu : tel est le titre de ce projet mené par le CHU, l’Opéra et le conservatoire de Rouen qui amène la musique à l’hôpital. « L’hôpital n’est pas seulement un lieu de soin mais aussi un lieu de vie », rappelle Denis Lucas, attaché culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen.

 

Temps suspendu, c’est aussi le titre des partitions écrites par deux compositeurs du conservatoire, Jean-Philippe Bec et Philippe Tailleux, et interprétées par l’orchestre du conservatoire. Comment composer après avoir vécu tant d’émotions ? « Il ne faut pas être seulement dans une émotion empreinte de pessimisme et de morbidité. Il faut donner un aspect éclairant de ces différents passages. Dans cette partition, il y a aussi de l’émotion. Dans ma démarche de compositeur, je ne conçois pas les choses autrement. Ce sera le reflet de différents émotions », comment Philippe Tailleux.

 

Temps suspendus n°4, Le Chant des héros silencieux, est une pièce pour orchestre à cordes et violon solo avec des passages apaisés et doux et des dissonances évoquant la douleur, la souffrance. Elle est comme un deuxième mouvement de Temps suspendu n°1, crée en 2013.

 

 

En deux parties

C’est un concert particulier qui se déroule au Théâtre des Arts à Rouen. Un concert avec deux formations : la première, l’orchestre du conservatoire de Rouen, dirigé par Claude Brindel, interprète les deux partitions écrites par les compositeurs Jean-Philippe Bec et Philippe Tailleux.

Lors de la deuxième partie de ce concert, l’orchestre de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie qui retrouve Oswald Sallaberger joue une des plus célèbres pièces, Boléro de Ravel, et une œuvre danse de Chabrier, España.

 

 

  • Samedi 7 février à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : de 21 à 10 €. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr
  • Concert tout public à partir de 10 ans